Paysages écoagricoles : les dynamiques qui sous-tendent leur évolution et leur résilience dans les montagnes Dieng à Java Centre

Tanguay, Louis (2018). « Paysages écoagricoles : les dynamiques qui sous-tendent leur évolution et leur résilience dans les montagnes Dieng à Java Centre » Thèse. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Doctorat en sciences de l'environnement.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (50MB)

Résumé

Les terres arables et les points chauds de la biodiversité se chevauchent en bien des endroits, créant des conflits de taille entre les acteurs du développement agricole et ceux de la conservation de la biodiversité. À Java, la forte densité démographique alimente ces conflits. Les systèmes agricoles doivent y produire suffisamment de calories pour nourrir une population croissante, tandis que l'urbanisation qui résulte de cette croissance exerce une pression autant sur les systèmes de production que sur les écosystèmes naturels résiduels. Dans un tel contexte, il devient primordial d'évaluer dans quelle mesure les communautés agricoles et la biodiversité naturelle peuvent cohabiter de façon harmonieuse au sein d'un même paysage, un objectif exploré ici. À cette fin, une centaine d'entrevues non structurées furent menées avec des officiels gouvernementaux, mais surtout avec des agriculteurs habitant trois paysages situés dans les montagnes Dieng, à Java Centre, où subsiste l'une des dernières forêts de l'île. Des évaluations visuelles de l'environnement agricole furent aussi réalisées pour rendre compte de la qualité du sol, de l'eau et de la structure végétale des systèmes de production. L'approche écoagricole fut utilisée comme cadre conceptuel afin d'élaborer les lignes directrices de l'analyse. Au final, les trois paysages étudiés font montre d'une certaine harmonie entre les communautés, les agricultures locales et les écosystèmes environnants, mais à différents degrés. Les cultures maraîchères du premier paysage se montrent plutôt bénéfiques pour les revenus qu'elles procurent ainsi que pour l'alimentation des ménages, mais elles sont également plus polluantes pour l'environnement agricole comparativement aux autres systèmes de production. Les agroforêts matures observées dans le deuxième paysage fournissent elles aussi des revenus substantiels, bien qu'il s'agisse plutôt de revenus d'appoint dans ce cas. Elles nécessitent toutefois moins d'entretien et procurent aux communautés certains services écosystémiques essentiels. L'intégration de cultures d'ombre au sein des forêts naturelles ou semi-naturelles du troisième paysage, lesquelles tombent sous l'autorité de l'entreprise forestière de l'État, permet une meilleure conservation des ressources biologiques naturelles et de l'ensemble des services écosystémiques, et ces derniers bénéficient à leur tour aux communautés. Cela dit, les institutions assurant la gouvernance des paysages demeurent déficientes et constituent le principal handicap partout. Le dynamisme inhérent à la société javanaise, combiné aux successions de gouvernance des forêts et à la diffusion différée des innovations de la révolution verte, sont sans doute responsables de l'évolution et de l'état actuel des paysages étudiés. Et bien que l'étude de ces paysages représente un cas spécifique au contexte javanais, ce cas demeure un exemple clé pour rendre compte de l'évolution de paysages écoagricoles dans un contexte de haute densité démographique. L'étude démontre en effet que des aires naturelles et semi-naturelles fournissant des services écosystémiques essentiels peuvent prospérer en milieu tropical malgré une très forte densité démographique, ce qui représente en soit un espoir pour le reste du monde tropical. L'étude démontre également que les paysages écoagricoles javanais peuvent encore agir comme refuge pour la biodiversité résiduelle de l'île, et en-dehors des aires officiellement protégées et des conflits que celles-ci peuvent engendrer. Enfin, l'étude démontre que l'agriculture préserve encore toute son importance pour assurer un filet de sécurité aux ménages ruraux javanais, et à une époque où les sources de revenus de ces ménages se diversifient pourtant de plus en plus. Cela dit, le sort des paysages étudiés demeure incertain face à la mondialisation et à la crise environnementale actuelle, et une collaboration plus étroite entre les instances gouvernementales et les communautés locales sera sans doute nécessaire pour assurer la pérennité de tels paysages. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : Écoagriculture, agroforesterie, biodiversité, moyens de subsistance, Java.

Type: Thèse ou essai doctoral accepté ()
Informations complémentaires: La thèse a été numérisée telle que transmise par l'auteur.
Directeur de thèse: Bernard, Stéphane
Mots-clés ou Sujets: Biodiversité -- Conservation / Agriculture / Communautés rurales / Nature / Agriculture durable / Agroforesterie / Indonésie / Java
Unité d'appartenance: Instituts > Institut des sciences de l'environnement (ISE)
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 25 oct. 2018 07:25
Dernière modification: 25 oct. 2018 07:25
Adresse URL : http://archipel.uqam.ca/id/eprint/11770

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...