La maîtrise du concept d'opacité référentielle en contexte passé auprès d'enfants âgés de 5 ans

Roy, Lina (2018). « La maîtrise du concept d'opacité référentielle en contexte passé auprès d'enfants âgés de 5 ans » Thèse. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Doctorat en psychologie.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (838kB)

Résumé

Les travaux sur la théorie de la pensée suggèrent que le concept d'opacité référentielle ne serait pas maîtrisé avant l'âge de 6 ou 7 ans, soit après la maîtrise du concept de fausse croyance dont l'âge d'acquisition est établi autour de 4 ou 5 ans. Les concepts de fausse croyance et d'opacité référentielle font tous les deux appel aux habiletés d'attribution d'états mentaux, des habiletés fondamentales dans la régulation des interactions sociales, entre autres pour prévoir le comportement d'autrui. On peut toutefois se questionner sur la nature de la difficulté des enfants de 5 ans face à la tâche d'opacité référentielle, notamment en contexte passé, tel qu'observé dans une étude récente de Routhier (2010). L'objectif principal de la présente étude était de vérifier si la difficulté des enfants de 5 ans à la tâche d'opacité référentielle en contexte passé dans l'étude de Routhier (2010) est attribuable à une difficulté d'ordre mnémonique. Pour ce faire, des marqueurs spatiaux et des marqueurs moteurs ont été ajoutés pour rendre optimales les conditions de rappel. L'objectif secondaire de la présente étude était de vérifier l'impact de l'optimisation des conditions de rappel chez des enfants de 5 ans qui ne maîtrisent pas encore la tâche de fausse croyance. Trois types de tâche d'opacité référentielle (autrui/présent; autrui/passé; soi/passé) modifiés ont été administrés auprès de deux groupes d'enfants âgés de 5 ans. Le premier groupe comprend vingt sujets ayant réussi une tâche de fausse croyance et le deuxième groupe comprend vingt enfants ayant échoué une tâche de fausse croyance. D'abord, nos résultats appuient l'hypothèse voulant que la faible performance observée à la tâche d'opacité référentielle en contexte passé chez les sujets de 5 ans de l'étude de Routhier (2010) soit attribuable à une difficulté d'ordre mnémonique. Ces données appuient la pertinence de tenir compte des demandes implicites de la tâche, non seulement dans l'étude du concept d'opacité référentielle, mais aussi dans d'autres types de tâches, et ce particulièrement lorsque les sujets sont de jeunes enfants. Ensuite, nos résultats montrent que les sujets qui maîtrisent la tâche de fausse croyance ont mieux réussi la tâche d'opacité référentielle que les sujets qui ne maîtrisent pas la tâche de fausse croyance. Finalement, les résultats obtenus sont discutés en relation avec l'acquisition de la théorie de la pensée, notamment avec la tâche de fausse croyance. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : tâche d'opacité référentielle, théorie de l'esprit, théorie de la pensée, tâche de fausse croyance, demandes implicites de la tâche, développement cognitif de l'enfant

Type: Thèse ou essai doctoral accepté ()
Informations complémentaires: La thèse a été numérisée telle que transmise par l'auteur.
Directeur de thèse: Dumas, Claude
Mots-clés ou Sujets: Théorie de l'esprit chez l'enfant / Opacité (Linguistique) / Référence (Linguistique) / Croyance et doute / Cognition chez l'enfant
Unité d'appartenance: Faculté des sciences humaines > Département de psychologie
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 18 oct. 2018 10:00
Dernière modification: 18 oct. 2018 10:00
Adresse URL : http://archipel.uqam.ca/id/eprint/11738

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...