Les stratégies de coping comme prédicteurs de la résilience et de la psychopathologie chez des personnes vivant avec une lésion à la moelle épinière

Massicotte, Roseline (2015). « Les stratégies de coping comme prédicteurs de la résilience et de la psychopathologie chez des personnes vivant avec une lésion à la moelle épinière » Thèse. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Doctorat en psychologie.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (14MB)

Résumé

Une lésion à la moelle épinière constitue l'une des adversités les plus importantes que puisse vivre une personne. Outre les conséquences physiques associées à la paralysie et la perte d'indépendance fonctionnelle, les lésions médullaires sont associées à des conséquences psychologiques majeures incluant la dépression, l'anxiété, l'état de stress post-traumatique et l'abus de substances psychoactives. Malgré ces conséquences, les études actuelles mettent l'accent sur la capacité d'un individu à rebondir et à s'adapter face à une adversité importante, phénomène qui réfère à la résilience. Si l'étude de la résilience ne fait qu'émerger auprès des personnes vivant avec une lésion médullaire, les auteurs l'évaluent généralement par des mesures indirectes, alors qu'un débat existe à savoir si la résilience n'est que le simple reflet d'une absence de psychopathologie, ou si elle est un phénomène indépendant de celle-ci. Outre ce débat, les études soulignent la contribution possible des stratégies de coping comme ressource ou attribut de la résilience, ces stratégies ayant fait l'objet de nombreuses études chez les personnes vivant avec une lésion médullaire, sans avoir toutefois été mises en relation avec la résilience. Dans ce contexte, la présente étude cherche à mieux comprendre la manifestation de la résilience chez les personnes vivant avec une lésion médullaire 1) en procurant une mesure directe de la résilience, 2) en explorant son lien avec la psychopathologie, 3) en explorant le rôle des variables lésionnelles dans le développement de la résilience et 4) en explorant le rôle des stratégies de coping comme prédicteur de la résilience. Pour ce faire, un total de 110 participants ont été approchés à l'Institut de réadaptation Gingras-Lindsay-de-Montréal. Soixante-dix (70) participants ont complété l'étude qui comprenait le CD-RISC comme mesure directe et validée de la résilience, le COPE comme instrument validé des stratégies de coping et l'entrevue validée du SCID-I évaluant la psychopathologie, en plus des variables sociodémographiques et lésionnelles recueillies auprès des participants et des dossiers médicaux. Les hypothèses stipulaient que la résilience serait une manifestation assez fréquente chez les participants vivant avec une lésion médullaire et que le coping serait un prédicteur significatif de la résilience. Les résultats confirment ces hypothèses et montrent que 66% des participants obtiennent un score de plus de 50 sur le CD-RISC (59% un score > 70), et que les stratégies de coping notamment de réinterprétation positive, les stratégies actives, l'expression émotionnelle et l'humour sont des prédicteurs favorisant statistiquement la résilience, alors que la stratégie d'évitement comportemental est un prédicteur statistiquement nuisible à son développement. Les résultats confirment l'indépendance de la psychopathologie et de la résilience (absence de corrélation significative), et montrent que les participants peuvent avoir vécu des périodes de psychopathologie tout en montrant ultérieurement de la résilience. Les diagnostics le plus prévalents au cours de la trajectoire post-lésionnelle sont la dépression et l'état de stress post-traumatique, et dans une moindre mesure des troubles anxieux et d'usage de substances. Les résultats confirment que la sévérité de la lésion n'influence pas le développement de la résilience ou de la psychopathologie chez les personnes vivant avec une lésion médullaire. Ces résultats mettent de l'avant le parcours fréquent de la résilience chez les personnes vivant avec une lésion médullaire et la contribution significative des stratégies de coping dans la résilience, deux éléments à même d'influencer les pratiques cliniques en réadaptation. L'utilisation du CD-RISC et le développement d'interventions renforçant les stratégies de coping et favorisant la résilience ouvrent ainsi la voie à de meilleures identifications et traitement des patients. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : résilience, lésion médullaire, stratégies de coping, psychopathologie, prédicteurs, sévérité de la lésion médullaire.

Type: Thèse ou essai doctoral accepté ()
Informations complémentaires: La thèse a été numérisée telle que transmise par l'auteur.
Directeur de thèse: Courtois, Frédérique
Mots-clés ou Sujets: Moelle épinière -- Lésions et blessures / Paralysés / Résilience (Trait de personnalité) / Psychopathologie / Ajustement (Psychologie)
Unité d'appartenance: Faculté des sciences humaines > Département de psychologie
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 18 oct. 2018 09:59
Dernière modification: 18 oct. 2018 09:59
Adresse URL : http://archipel.uqam.ca/id/eprint/11737

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...