Relations publiques et usage des médias sociaux : une pratique entre influence et dialogue

Millette, Josianne (2018). « Relations publiques et usage des médias sociaux : une pratique entre influence et dialogue » Thèse. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Doctorat en communication.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (4MB)

Résumé

Cette thèse propose une analyse critique de l'usage des médias sociaux dans la pratique des relations publiques au Québec. La littérature sur ce thème dans le domaine des relations publiques témoigne d'un écart persistant et d'une tension apparente entre des valeurs de dialogue et des pratiques qui relèveraient davantage de la promotion ou de l'influence. Considérant, d'une part, la performativité des différents usages des technologies du Web et, d'autre part, les enjeux éthiques ainsi que les débats critiques soulevés par la pratique des relations publiques, la recherche veut décrire et comprendre l'usage des médias sociaux dans la pratique des relations publiques au Québec, à travers ses finalités, ses représentations, ses logiques et ses horizons de valeur. L'objectif général de la recherche est de comprendre les modalités de la pratique des relations publiques dans le contexte du Web social, afin de contribuer au développement d'une réflexivité critique quant à celles-ci. La perspective théorique de la thèse se situe à l'intersection des approches critiques des études en relations publiques et de travaux sur la communication dans le contexte des technologies Web. S'appuyant sur le postulat d'une tension constitutive entre différents modèles de la persuasion au cœur de l'identité éthique des relations publiques, le cadre théorique est ancré, premièrement, dans un pragmatisme critique inspiré de la philosophie sociale de John Dewey. Un deuxième pôle théorique mobilise des travaux qui s'inscrivent dans une approche socioculturelle pour traiter de l'expertise professionnelle et de la pratique des relations publiques comme d'une activité sociale située et dont les normes sont constitutives des modèles de la communication publique. Un troisième pôle reprend le cadre d'analyse de la sociologie des usages des technologies d'information et de communication, lequel offre une prise pour appréhender les manières de faire et les analyser en relation avec leurs contextes. L'enquête présentée dans la thèse s'appuie sur une méthodologie qualitative qui s'inscrit dans une approche compréhensive dite de densification des données (thick data). Cette stratégie méthodologique comprend deux volets complémentaires, menés par phases itératives. Le premier volet repose sur des analyses de contenu et sur l'observation participante de formations et de conférences sur le thème des médias sociaux. Le deuxième volet consiste en un protocole en trois étapes, réalisé avec un groupe de dix personnes. Ce protocole a consisté en une série d'entretiens en profondeur, incluant des visites commentées des plateformes utilisées, suivis de périodes d'observation en ligne et de captation des traces échelonnées sur plusieurs semaines et, finalement, d'entretiens de retour destinés à obtenir une rétroaction et à approfondir la compréhension des usages observés. L'analyse des données se déploie sur trois axes, qui décrivent respectivement : les affordances et le contexte sociotechnique du Web social; les discours et les représentations évoquant les médias sociaux dans le milieu professionnel des relations publiques; ainsi que les logiques et les normes d'usage caractérisant les patterns d'usage observés. L'enquête montre comment les tensions constitutives de la pratique des relations publiques sont aussi réactivées à l'aune des paradoxes du Web social et des industries de la communication numérique, dont les relations publiques sont partie prenante. Les valeurs et les principes qui relèvent de l'idéal du dialogue conservent en effet une validité normative pour la pratique des relations publiques, dont la légitimité est réaffirmée à travers un alignement avec la « promesse du 2.0 ». Or, dans le contexte du Web social, l'interaction et la participation font aussi l'objet d'une valorisation économique et stratégique qui cadre avec l'expertise des relations publiques. La thèse montre finalement que ces tensions s'expriment en relation avec la dimension « humaine » associée au dialogue sur les médias sociaux; elles se déploient dans les négociations et difficultés liées à l'entrelacement entre, d'une part, une présence en ligne à titre personnel et, d'autre part, l'usage professionnel des plateformes du Web social. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : relations publiques, médias sociaux, éthique des relations publiques, pragmatisme critique, usage des technologies d'information et de communication.

Type: Thèse ou essai doctoral accepté ()
Informations complémentaires: La thèse a été numérisée telle que transmise par l'auteur.
Directeur de thèse: Proulx, Serge
Mots-clés ou Sujets: Relations publiques / Médias sociaux / Web social / Québec (Province)
Unité d'appartenance: Faculté de communication
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 04 oct. 2018 10:40
Dernière modification: 04 oct. 2018 10:40
Adresse URL : http://archipel.uqam.ca/id/eprint/11687

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...