S'approcher, pivoter, répondre : l'art d'interpréter l'expérience musicale en musicothérapie et en psychothérapie musicale

Migner-Laurin, Julie (2018). « S'approcher, pivoter, répondre : l'art d'interpréter l'expérience musicale en musicothérapie et en psychothérapie musicale » Thèse. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Doctorat en psychologie.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (4MB)

Résumé

Cette recherche contribue au dialogue entre la psychologie et les arts, plus spécifiquement entre psychothérapie et musicothérapie. Interrogeant le sens de la musique lorsqu'expérimentée en contexte thérapeutique, elle vise à situer la tâche interprétative du musicothérapeute et à mettre en lumière les attitudes interprétatives susceptibles d'être au service des processus de transformation propres à la thérapie. Alors que l'on reconnaît à la musique son pouvoir expressif et celui de générer des expériences transformatrices et porteuses de sens, la réduction de celui-ci à ses composantes observables – dans une tentative de légitimation au positivisme régnant dans le monde scientifique – est de toute évidence insuffisante pour rendre compte du phénomène et en examiner les tenants et aboutissants dans une perspective clinique. Considérant cet écart théorique, cette thèse s'intéresse au type de vérité visé lorsque l'on se propose de respecter la complexité de la musique et de l'aborder comme un Autre. Au-delà du son physique, les Grecs nous rappellent à la dimension cosmique et profondément relationnelle de la musique. En marge des processus d'objectivation, il s'agit donc ici de porter attention à la musique comme étant déjà interprétation, façon d'être et de se lier. Gadamer propose le modèle du dialogue pour rendre compte de ce mode de compréhension, qui suggère une vérité participative, laquelle ne repose ni purement dans l'objectivité de l'œuvre ni complètement dans la subjectivité de l'interprète, mais se déploie toujours dans l'espace d'une rencontre. Cette thèse convoque différents partenaires de dialogue mais prend le plus largement ancrage dans l'héritage de l'herméneutique philosophique (thèmes privilégiés : altérité, dialogue, jeu et langage). Dans l'esprit de dégager des chemins de sens plutôt que d'en analyser les contenus, l'approche à la recherche est principalement théorique mais engage aussi l'expérience musicale et clinique de l'auteure. Dans la première partie, les sources philosophiques de la musique en thérapie sont examinées, d'abord à partir de la pensée de Carolyn Kenny, puis en approfondissant les dimensions existentielles du temps et de la beauté. Une communauté est révélée entre les processus créatifs et thérapeutiques à travers les thèmes de la présence, du mouvement, du potentiel, de la transformation et de l'harmonie. Le corps de la thèse vise à étayer qu'une attitude interprétative fructueuse en musicothérapie ne repose pas que sur nos connaissances et nos techniques, mais aussi sur la capacité de s'approcher avec notre être entier, celle de pivoter entre différentes perspectives et celle de répondre avec tact. Le chapitre IV examine l'attitude interprétative « Écouter : s'approcher », révélant que les protagonistes sont chacun entiers dans l'espace thérapeutique, mais dans un rapport asymétrique, ce qui signifie que comme thérapeute nous consentons à être nous-mêmes atteints, tout en suspendant nos préoccupations pour nous accorder au monde de l'autre. Il est suggéré que bien écouter s'apprend, qu'il s'agit de rester auprès assez longtemps, de laisser couler et ne pas cesser de s'étonner. Le chapitre V s'intéresse à l'attitude interprétative « Écouter autrement : pivoter », qui implique une prise de distance, non dans le sens d'un retrait ou d'une absence, mais plutôt dans l'esprit d'être présent ailleurs, à autre chose. Les thèmes interrogés incluent : préserver la complexité, se mouvoir entre différentes postures, introduire du délai et s'approcher encore, interpréter et jouer dans une relation, imaginer et créer. Avec l'attitude interprétative « Jouer : répondre, en répondre », le chapitre VI met en relief l'importance de porter attention à notre rôle de répondant comme musicothérapeute. Les thèmes discutés incluent : l'asymétrie des besoins et l'atteinte vers l'autre, le tact et la réponse musicale, les techniques et l'intuition ainsi que l'impact de notre musique sur celle du patient. La dernière partie présente le récit clinique d'un processus en psychothérapie musicale, montrant que la musique, en particulier l'improvisation, peut être une façon d'apprendre à faire confiance, en ce qu'elle nous engage à tisser des liens avec l'inconnu. En définitive, plus qu'un objet sonore ou même un outil, la musique dans l'espace thérapeutique s'interprète d'abord comme un accueil par la musique, une manière de se dire et d'être ensemble. L'écoute du musicothérapeute se distingue d'autres écoutes en ce qu'elle focalise sur le potentiel et que, dotée d'une curiosité bienveillante, elle sait s'approcher, pivoter et répondre. Le propos de cette thèse est une invitation à s'ouvrir, à écouter profondément et à répondre de façon créative à la musique jouée en thérapie. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : musicothérapie, interprétation, herméneutique philosophique, sens, musique, psychothérapie.

Type: Thèse ou essai doctoral accepté ()
Informations complémentaires: La thèse a été numérisée telle que transmise par l'auteur.
Directeur de thèse: Thiboutot, Christian
Mots-clés ou Sujets: Musicothérapie / Psychothérapie et musique / Interprétation (Philosophie) / Sens / Écoute
Unité d'appartenance: Faculté des sciences humaines > Département de psychologie
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 27 sept. 2018 14:36
Dernière modification: 27 sept. 2018 14:36
Adresse URL : http://archipel.uqam.ca/id/eprint/11668

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...