La racine anthropologique et morale du lien politique chez Jean-Jacques Rousseau

Oloum, Ciriac (2018). « La racine anthropologique et morale du lien politique chez Jean-Jacques Rousseau » Thèse. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Doctorat en philosophie.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (3MB)

Résumé

Cette thèse a pour but d'étudier le rôle joué par l'anthropologie et la morale dans leur rapport au lien politique. De ce point de vue, la théorie de Rousseau n'est pas exempte de quelque préoccupation anthropologique et morale chevillée à la relation politique entre le citoyen et l'État. Nous avons fait la démonstration que Rousseau est soit en tension avec les philosophes qui l'ont immédiatement précédé tels que Machiavel et Hobbes, soit qu'il se présente comme le continuateur de ceux, plus anciens tels que Platon et Aristote. Sa conception du pouvoir, comme chez les anciens, milite en faveur des petits États dans le but de soutenir l'idée que, la démocratie qu'il considère comme la forme achevée et souhaitée de l'organisation politique, ne peut véritablement s'épanouir que dans un État aux proportions modestes. L'organisation politique de type horizontal qu'il appelle de ses vœux diffère ainsi de la conception absolutiste et verticale du pouvoir tel qu'envisagé par Machiavel et Hobbes avant lui. De plus, par rapport à ces derniers, sa conception philosophique de l'Homme est plutôt positive à la base : l'Homme est effectivement, à l'origine, cet être débonnaire épris de bons sentiments et aspirant d'abord à être lui-même. Bref, il est naturellement authentique avant de paraître autre chose. Or l'histoire suivant son cours, sa nature sera malheureusement pervertie par la naissance d'un nouveau sentiment : l'amour-propre. Ce dernier est originellement négatif, car c'est à cause de lui que l'Homme perd son authenticité initiale pour se corrompre en devenant avide et dominateur. Et cela, tout en cherchant à s'accaparer une terre qui, originellement devrait appartenir à tout le monde. C'est ainsi qu'apparaît, dans le champ social, la propriété privée obtenue par la force que Rousseau combat en demandant à l'État de légiférer. Ce dernier est considéré comme une réalité qui tire son être dans la « sainteté » du contrat. C'est-à-dire que, finalement, le souverain ne peut s'obliger devant le particulier, car c'est lui en tant que peuple en général qui édicte les lois sur tout ce qui concerne la propriété privée devenue un « cancer » social! Mais une fois l'appropriation privée, privative et anarchique des terres éradiquée, il revient à l'Homme de fonder en raison l'espace social et politique dans lequel il veut vivre avec son prochain. Et sans dépendance! La société civile est ainsi née, plus viable et épanouissante car régie par la loi et garantissant la liberté de l'Homme. Et là se trouve justement le problème : comment concilier l'exigence de liberté et d'obéissance aux lois? Pour cela, le défi de l'éducation de l'Homme sera de lui faire aimer la loi afin d'en faire un bon citoyen et pas seulement un Homme! Toutefois, la tâche n'est pas si simple car d'après Rousseau, les sociétés humaines ont besoin, à titre optatif, d'être guidées par un être providentiel que Rousseau appelle le Législateur. Ce dernier se doit d'être exceptionnel, lucide et impliqué dans la société afin de mieux se représenter les force. Il s'agit donc d'un être fictif considéré comme l'incarnation du « pontife » de l'éducation civique qui manquait à la société. L'urgence de sa venue est justifiée par la nécessité de moraliser l'Homme, et par là, le lien politique entre les citoyens. L'évocation de cette fiction exprime pour nous le caractère utopique de la réalisation pratique de la démocratie directe, le modèle politique pourtant souhaité et à promouvoir. D'où l'importance de la discussion sur sa pertinence, et surtout en contexte démocratique. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : anthropologie, morale, loi, liberté, politique.

Type: Thèse ou essai doctoral accepté ()
Informations complémentaires: La thèse a été numérisée telle que transmise par l'auteur.
Directeur de thèse: Boulad-Ayoub, Josiane
Mots-clés ou Sujets: Jean-Jacques Rousseau / Idées politiques / Anthropologie / Morale / Législation / Politique / Liberté
Unité d'appartenance: Faculté des sciences humaines > Département de philosophie
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 24 sept. 2018 10:40
Dernière modification: 24 sept. 2018 10:40
Adresse URL : http://archipel.uqam.ca/id/eprint/11643

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...