Facteurs de risques et conséquences associés aux relations difficiles avec les pairs : rôle modérateur du sport

Perron-Gélinas, Andrée-Anne (2018). « Facteurs de risques et conséquences associés aux relations difficiles avec les pairs : rôle modérateur du sport » Thèse. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Doctorat en psychologie.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (14MB)

Résumé

Les relations avec les pairs ont une fonction primordiale pour le développement psychosocial des jeunes. Les jeunes qui vivent des expériences sociales négatives comme le rejet ou la victimisation par les pairs sont à risque de souffrir de plusieurs conséquences néfastes comme les problèmes intériorisés ou extériorisés. De plus, la recherche démontre que ces difficultés sont des facteurs de risques importants qui peuvent mener à une aggravation du rejet et de la victimisation par les pairs. Toutefois, ce ne sont pas tous les enfants qui se retrouvent dans cette spirale développementale négative. Ainsi, il apparaît nécessaire d'identifier les facteurs susceptibles de protéger les jeunes contre le développement des conséquences non seulement associées au rejet et à la victimisation par les pairs, mais aussi contre l'aggravation des expériences sociales négatives lorsque les symptômes sont déjà présents. Des études suggèrent que la participation aux sports serait associée à divers aspects positifs du développement des jeunes, incluant une diminution des problèmes de régulation émotionnelle et de contrôle comportemental, ainsi qu'une amélioration du statut social. Cependant, quelques études plus récentes laissent croire que l'effet bénéfique de la participation sportive dépendrait du contexte dans lequel le sport est pratiqué. Effectivement, il semble que ce serait surtout les sports d'équipe qui seraient associés à une meilleure adaptation psychosociale. Au contraire, les sports individuels ne semblent pas avoir les mêmes effets positifs. D'ailleurs, certaines études révèlent une aggravation des symptômes selon le contexte (individuel ou d'équipe) dans lequel les participants pratiquent les sports. Ainsi, les objectifs généraux de la présente thèse étaient d'examiner les liens entre les relations difficiles avec les pairs et les symptômes intériorisés et extériorisés, tout en évaluant l'effet modérateur de la participation aux sports. Pour ce faire, deux études empiriques, basées sur des échantillons distincts, sont présentées. Dans la première étude, les participants sont évalués à trois reprises, soit à l'âge de 7 ans, 8 ans et 10 ans. Les données proviennent d'un vaste projet de recherche intitulé « L'étude longitudinale des enfants du Québec ». La victimisation par les pairs a été évaluée par l'enseignant tandis que les données portant sur la participation sportive et les symptômes dépressifs et agressifs, ont été obtenues à l'aide de questionnaires remplis par les mères. Dans la deuxième étude, les participants sont évalués à deux reprises en début d'adolescence, soit à l'âge de 12 ans et 13 ans. Les données proviennent également d'une grande étude longitudinale menée dans la ville de Val d'Or. Dans cette étude, la participation sportive a été mesurée à l'aide de questionnaires remplis par les adolescents tandis que les données portant sur le rejet ainsi que les symptômes agressifs et dépressifs ont été recueillies à l'aide d'une procédure sociométrique de dénomination par les pairs. Les résultats de la thèse ont permis d'identifier des associations entre les symptômes intériorisés et extériorisés et les relations difficiles avec les pairs. Les résultats des deux articles illustrent le fait que cette spirale développementale négative s'étalerait sur au moins deux périodes développementales et qu'elle affecterait principalement les garçons. Un effet modérateur de la participation aux sports a également été identifié. Toutefois, le contexte de participation est un facteur important dont il faut tenir compte étant donné que les effets positifs sont présents seulement lorsque les jeunes pratiquent des sports d'équipe. Dans leur ensemble, les résultats suggèrent que la participation aux sports d'équipe pourrait constituer un programme naturel d'intervention pour les jeunes qui présentent des symptômes dépressifs ou qui vivent des relations difficiles avec leurs pairs. Puisque les implications cliniques d'un tel programme pourraient s'avérer très importantes, une telle proposition mériterait d'être étudiée davantage dans des études futures. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : rejet par les pairs, victimisation, problèmes intériorisés, problèmes extériorisés, sports d'équipe, sports individuels.

Type: Thèse ou essai doctoral accepté ()
Informations complémentaires: La thèse a été numérisée telle que transmise par l'auteur.
Directeur de thèse: Brendgen, Mara Rosemarie
Mots-clés ou Sujets: Rejet chez l'enfant / Intimidation / Interaction sociale chez l'enfant / Santé mentale des enfants / Sports d'équipe / Sports individuels
Unité d'appartenance: Faculté des sciences humaines > Département de psychologie
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 11 sept. 2018 08:11
Dernière modification: 11 sept. 2018 08:11
Adresse URL : http://archipel.uqam.ca/id/eprint/11583

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...