L'analyse du discours de la FTQ sur les changements intervenus dans l'organisation du travail dans les entreprises, 1970-1998

Roc, Jean-Claude (2003). « L'analyse du discours de la FTQ sur les changements intervenus dans l'organisation du travail dans les entreprises, 1970-1998 » Thèse. Montéral (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Doctorat en sociologie.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (16MB)

Résumé

L'objectif de cette thèse consiste à analyser les changements de stratégies, de positions et d'initiatives syndicales de la FTQ à l'égard des changements intervenus dans l'organisation du travail dans les entreprises, et cela dans un contexte de crise. L'étude s'étend de 1970 à 1998 et est divisée en deux sous-périodes: 1970-1985; 1986-1998. L'analyse se fait à partir du discours officiel de la FTQ sur les entreprises et leur modernisation. Les changements instaurés par la direction des entreprises ont pour but de juguler la crise. En ce sens, cette thèse tend à établir le lien entre les dimensions de la crise, l'entreprise et les stratégies revendicatrices de la FTQ. Dans cette optique, la recherche que nous entreprenons repose sur trois principaux éléments d'analyse: la crise, l'entreprise et les revendications syndicales. Pour construire notre problématique, nous avons fait appel à deux approches théoriques: la théorie des mouvements sociaux et l'approche de l'École de la régulation. Ce procédé nous a permis d'établir que les revendications syndicales se situent à trois niveaux d'analyse: organisationnel, institutionnel et rapports sociaux. Ces trois niveaux servent de base à l'analyse du discours de la FTQ. Au niveau méthodologique, nous avons fait appel à l'approche méthodologique de l'analyse de contenu. Elle nous a servi de cadre nous permettant de définir et d'analyser la transformation du discours de la FTQ, Le corpus retenu pour l'analyse a été élaboré à partir des documents officiels de la FTQ: documents de congrès et en complémentarité, d'autres textes syndicaux émanant de la Centrale, que nous avons jugé importants pour notre travail. Notre recherche nous a permis de constater que le discours de la FTQ a subi un changement important dont les contours commencent à se dessiner vers la fin des années 1970. Le changement a pris vraiment forme dans son congrès d'orientation de 1987, pour se confirmer au début des années 1990. Au cours de la période qui s'étend de 1970 à 1985, la FTQ a adopté une stratégie de rejet global qui s'exprime à travers une problématique de lutte de classes. L'affrontement et la contestation sont de mise et la Centrale refuse toute forme de concertation et de participation avec la direction des entreprises et rejette la flexibilité. Ces approches patronales sont considérées par la FTQ comme une forme de manipulation et une autre façon de renforcer l'autoritarisme patronal. L'Etat est considéré comme l'Etat d'une classe, l'agent de la classe dominante. En même temps, la Centrale réclame son intervention tant dans l'économique, le social que dans les relations de travail. Les revendications mises de l'avant sont de nature défensive, elles sont le reflet de son discours. À partir de la fin des années 1970, principalement dans son congrès de 1977, la FTQ abandonne progressivement sa stratégie d'affrontement et de contestation reposant sur l'antagonisme de classes, pour s'orienter vers la concertation, axée sur la participation. Les revendications mises de l'avant sont de nature offensive. La Centrale cherche à élargir le principe de la démocratie dans l'entreprise par la participation. La Centrale a une autre lecture des thèmes fondamentaux autour desquels s'articulent ses revendications: exclusion, participation et flexibilité. Cette étude démontre qu'un changement majeur s'est produit dans les stratégies syndicales de la FTQ. Celui-ci s'exprime à travers les revendications de nature offensive mises de l'avant par la Centrale et par sa nouvelle approche idéologique. Au socialisme démocratique se substitue la social-démocratie, en tant que projet de société. Cette nouvelle orientation idéologique remet en question son approche de contestation et d'affrontement pour s'ouvrir à la concertation qui repose sur la participation comme forme de stratégie.

Type: Thèse ou essai doctoral accepté ()
Informations complémentaires: La thèse a été numérisée telle que transmise par l'auteur.
Directeur de thèse: Lévesque, Benoît
Mots-clés ou Sujets: Fédération des travailleurs du Québec / Organisation du travail / Revendication syndicale / Analyse du discours / Stratégie / Idéologie / Concertation / Participation / Changement social / Société / Québec (Province)
Unité d'appartenance: Faculté des sciences humaines > Département de sociologie
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 21 août 2018 12:24
Dernière modification: 21 août 2018 12:24
Adresse URL : http://archipel.uqam.ca/id/eprint/11547

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...