Alternance et relations école-entreprise : analyse des représentations des acteurs du milieu éducatif et du milieu productif

Mazalon, Élisabeth (1995). « Alternance et relations école-entreprise : analyse des représentations des acteurs du milieu éducatif et du milieu productif » Thèse. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Doctorat en éducation.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (22MB)

Résumé

Au Québec, comme dans la plupart des pays industrialisés, le développement des relations école-entreprise au sein de la formation professionnelle se traduit principalement par l'implantation de programmes de formation en alternance. Ces nouvelles expériences se présentent comme des manifestations d'une transformation profonde des relations qui s'établissent entre les partenaires des milieux éducatif et productif sollicités. Nous distinguons trois types de logique privilégiés dans la recherche d'articulation entre les deux milieux: la logique économique, la logique pédagogique et la logique interorganisationnelle. Nous avons porté un regard sur la formation en alternance selon une perspective relationnelle entre les acteurs des milieux éducatif et productif impliqués dans un tel mode d'organisation de la formation professionnelle de l'ordre secondaire. Dans ce contexte, l'objectif de cette recherche est de mieux comprendre le phénomène des relations école-entreprise dans les formations en alternance. Cet objectif s'est traduit plus spécifiquement dans une démarche visant à identifier les représentations des acteurs des milieux éducatif et productif à propos de l'alternance, de leur rôle mutuel et de celui de leur partenaire dans une situation d'alternance. Par ailleurs, la comparaison de ces représentations a permis de mettre en évidence les concordances et les divergences et de dégager les types de relation école-entreprise qui ressortent des situations en alternance dans lesquelles les acteurs des milieux éducatif et productif sont impliqués. Les notions de formation en alternance et de représentations sociales ont été retenues pour dégager des jalons de références significatifs de la recension des écrits. En ce qui a trait à l'alternance, la description des modalités d'organisation et de formation de différentes expériences reconnues de formation en alternance a fait ressortir le caractère polysémique de cette notion. Par ailleurs, la présentation des principales caractéristiques sur le statut et le rôle des acteurs des milieux éducatif et productif a mis en évidence que les acteurs fonctionnels et/ou opérationnels interviennent selon trois niveaux: politique, organisationnel et pédagogique. Quant à la clarification de la notion de représentations sociales, elle a permis, d'une part, de relever certains éléments du système de représentation qui prédéterminent les interactions sociales et, d'autre part, de les adapter à une situation d'alternance. Le choix d'une approche compréhensive du phénomène de l'alternance nous a conduit vers une méthode qualitative s'appuyant sur des entrevues semi-dirigées auprès des acteurs du milieu éducatif et productif. Au total, trente-deux acteurs impliqués dans quatre expériences d'alternance dans une même commission scolaire ont été rencontrés, avec un nombre égal de seize répondants de chacun des milieux. Un des thèmes de l'entrevue, celui sur les relations vécues, a été abordé de deux façons: verbalement, lors de la première partie de l'entrevue, et à l'aide d'une représentation graphique demandée aux répondants en fin de l'entrevue. L'analyse par théorisation ancrée a été privilégiée. Par son principe d'analyse comparative constante et par l'importance qu'elle accorde au sens des catégories et au lien entre ces dernières, cette méthode nous est apparue adaptée pour permettre l'émergence de la structure du champ des représentations de l'alternance selon les deux groupes étudiés. Dans le cas de cette recherche, les représentations des acteurs du milieu éducatif, à propos de l'alternance, s'organisent autour de deux principes de cohérence qui donnent sens à leur vision des relations école-entreprise. Le premier principe s'articule autour d'une logique qui vise les impératifs scolaires et le second s'appuie sur une conception de l'alternance comme moyen d'insertion socioprofessionnelle. Dans cette perspective, l'entreprise est perçue principalement comme un lieu d'application des connaissances de base acquises en centre de formation et un lieu de développement d'habiletés socioprofessionnelles. À ce propos, lors de l'évaluation, le point de vue des acteurs du milieu productif est important pour vérifier les capacités d'employabilité des élèves. Si les acteurs du milieu productif sont reconnus formellement comme coformateurs dans l'alternance, les répondants du milieu éducatif ne sont pas prêts à déléguer certaines prérogatives comme l'évaluation finale du stage. Au plan des relations vécues, les résultats révèlent qu'il existe une relation directe entre les enseignants superviseurs et les acteurs opérationnels du milieu productif, alors que les acteurs intervenant au niveau fonctionnel et politique sont exclus de ces relations. Du côté des acteurs du milieu productif, c'est en terme d'insertion et de gestion de la main-d’œuvre qualifiée que s'articule leur conception de l'alternance. Cette stratégie est structurée autour d'une entente formelle de formation qui conforte leur rôle dans la formation professionnelle et impose au milieu éducatif des relations avec les entreprises. Quant aux relations vécues, elles sont de type bipolaire. Cette relation s'exerce principalement entre l'élève et l'entreprise ou entre l'élève et l'école plutôt qu'entre l'entreprise et l'école. Nous sommes en présence d'un complexe relationnel selon lequel chacun a des intérêts à poursuivre. Cette conception voudrait que les relations entre l'école et l'entreprise soient laissées au gré de l'élève. Quelles conclusions tirer de ces résultats? Au-delà des logiques initiales différentes des milieux éducatif et productif, nous constatons que le principe organisationnel de l'alternance travail-études a mobilisé les deux milieux sur deux points: le problème global du rapport formation-emploi, relativement urgent à traiter, et le fait que les deux milieux ne soient pas capables individuellement d'offrir une formation professionnelle adaptée au marché du travail. De ce constat, nous sommes actuellement en présence de partenaires potentiels qui apprennent à se connaître et à s'apprécier. En effet, l'alternance est un processus de longue haleine qui repose sur une large initiative locale et exige une reconnaissance sociale des acteurs impliqués. Il faut également prendre en considération que les relations école-entreprise, telles que perçues actuellement par les deux milieux, visent des objectifs différents selon la position de l'entreprise sur le marché du travail. Nous observons que les impératifs d'ordre économique mobilisent des relations négociées tandis que les objectifs d'ordre sociopédagogique génèrent des relations de service. Cette réalité, loin d'être négligeable, doit être prise en compte face au développement de l'alternance dans le système scolaire. Finalement, nous avançons l'hypothèse que les relations école-entreprise sont d'abord fonction des objectifs poursuivis par l'école et que l'alternance n'est qu'une stratégie pour résoudre le rapprochement du milieu éducatif et du milieu productif dans leur intérêt commun. Cependant, dans un contexte de crise économique, le milieu éducatif devrait être capable de comprendre les intérêts et les limites de chacun dans un partenariat de formation. Ceci afin de préserver une certaine autonomie de sa fonction première caractérisée par le développement intellectuel et social de l'individu en formation.

Type: Thèse ou essai doctoral accepté ()
Informations complémentaires: La thèse a été numérisée telle que transmise par l'auteur.
Directeur de thèse: Hardy, Marcelle
Mots-clés ou Sujets: École / Entreprise / Formation en alternance
Unité d'appartenance: Faculté des sciences de l'éducation
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 23 mai 2018 14:41
Dernière modification: 23 mai 2018 14:41
Adresse URL : http://archipel.uqam.ca/id/eprint/11296

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...