Un modèle écologique pour mieux comprendre le suicide chez les autochtones : une étude exploratoire

Laliberté, Arlène (2007). « Un modèle écologique pour mieux comprendre le suicide chez les autochtones : une étude exploratoire » Thèse. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Doctorat en psychologie.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (16MB)

Résumé

Depuis une trentaine d'années, le taux de suicide de plusieurs communautés autochtones connaît une hausse constante. Des études suggèrent que le niveau de détresse ou de fonctionnement familial est un élément essentiel dans l'étiologie du suicide parmi les Autochtones, mais sans préciser davantage. Les événements de vie jouent un rôle dans le suicide des Autochtones et il est soupçonné que parmi plusieurs adultes décédés par suicide, un rejet d'une personne significative a précipité le geste suicidaire. Cependant, la majorité des données disponibles sur le suicide en milieu autochtone sont dérivées d'études sur des agrégats. Aucune étude n'a examiné de façon précise les situations à l'enfance possible de créer une vulnérabilité au suicide, les événements de vie vécus précédent le suicide, ni comment ces événement et les circonstances contextuelles convergent pour créer une dynamique suicidaire chez un individu vivant en milieu autochtone. Pour pallier à ces lacunes, cette étude exploratoire fait la chronologie par analyse rétrospective et selon une perspective écologique de la trajectoire de vie d'Autochtones décédés par suicide. Plus précisément, les objectifs de cette recherche consistent à 1) établir le profil des communautés participantes comprenant les données sociodémographiques, le taux de suicide, l’opinion de certains intervenants et dirigeants sur la situation vécue au sein de ces dernières et les liens interpersonnels entre certains suicides; 2) présenter les caractéristiques des cas de suicides recensés, 3) analyser les événements de vie survenus durant 1a dernière année de la vie des cas, soit la nature et la fréquence de ceux-ci et plus précisément, vérifier si les cas ont subi un rejet important d'une personne significative peu de temps précédant leur suicide et 4) analyser les situations familiales vécues durant l'enfance des cas, à savoir s'ils ont vécu au sein d'une famille pouvant être qualifiée de dysfonctionnelle et plus précisément, vérifier si les cas ont subi un rejet important de la part d'une figure parentale. La recherche est entreprise dans quatre communautés autochtones du Québec, comptant entre 1 000 et 1 700 habitants. Les cas sont tous les Autochtones adultes (18 ans et plus) décédés par suicide entre 1983 et 2002, issus d'une des quatre communautés préalablement ciblées pour lesquels un répondant a pu être identifié. Les répondants ciblés pour cette étude sont les membres de la famille immédiate de la personne décédée par suicide. Les données sur les événements vécus durant la dernière année de vie et les situations familiales à l’enfance sont collectées par le biais de deux entrevues semi-structurées, soit le Life Events and Difficulties Schedule (LEDS) et le Child Experience of Care and Abuse (CECA). Les dossiers du coroner et les rapports de police sont examinés afin de corroborer les informations. L'analyse des données est soutenue par les instruments et comprend une analyse descriptive des caractéristiques des cas, une analyse approfondie des événements et difficultés de vie vécus durant les 12 mois précédant le décès ainsi que l'évaluation des attitudes et des soins parentaux, des pertes et des expériences précoces d'adversités vécus au cours de l'enfance. L'analyse comprend également une analyse socio-historique descriptive des communautés participantes. Les résultats de cette étude renseignent, entre autres, sur les nombreux stresseurs qu'ont dû affronter les cas au cours de leur vie et les stratégies adoptées par les cas pour y faire face. La typologie élaborée renforce la notion de l'existence de plus d'un type de trajectoire menant au suicide, soutenant la nécessité d'approfondir les connaissances sur ce sujet par d'autres études plus précises. Le taux de suicide élevé et le contexte communautaire délétère témoignent d'un milieu de vie dans lequel les freins à l'épanouissement individuel et collectif abondent. Les détails des événements de vie vécus durant l'année précédant le suicide indiquent la présence de stresseurs importants aux plans familial, conjugal et individuel. Les caractéristiques des cas informent que la majorité d'entre eux s'engagent dans des comportements autodestructeurs, tel l'abus de substances prohibées, et parfois, dès un très jeune âge. Ces comportements peuvent s'interpréter comme l'expression d'un malaise profond présent depuis plusieurs années. L'analyse des interactions parent-enfant à l'enfance suggère que le milieu familial d'origine peut créer une vulnérabilité importante qui amène l'individu à s'engager dans cette trajectoire autodestructrice en adoptant des comportements à risque. En ce qui concerne les circonstances entourant le décès, la grande majorité des suicides ont lieu dans les heures suivant le dernier événement grave, aux petites heures du matin, alors que les personnes sont en état d'ébriété. La fenêtre permettant une intervention de crise est très étroite et les intervenants formées ne sont généralement pas disponibles à ces moments. Par contre, ces données appuient une prévention précoce du suicide en soutenant une croissance saine de l'enfant et un soutien aux parents. La famille doit être un lieu sécuritaire et sécurisant pour les enfants ce qui leur permettra de devenir des adultes résilients et épanouis. Les efforts de prévention du suicide doivent donc se concentrer sur les familles actuelles dans le but de les aider à développer des adultes sains et heureux. __________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : Autochtone, Premières Nations, suicide, autopsie psychologique, événement de vie, expérience précoce d'adversité, modèle écologique

Type: Thèse ou essai doctoral accepté ()
Informations complémentaires: Le mémoire a été numérisé tel que transmis par l'auteur.
Directeur de thèse: Tousignant, Michel
Mots-clés ou Sujets: Autochtone / Facteur de risque / Suicide / Québec (Province)
Unité d'appartenance: Faculté des sciences humaines > Département de psychologie
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 17 mai 2018 12:59
Dernière modification: 17 mai 2018 12:59
Adresse URL : http://archipel.uqam.ca/id/eprint/11270

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...