La mise en chantier de l'image comme transfiguration du réel dans la pratique de l'installation et de la photographie

Bélanger, Gwenaël (2008). « La mise en chantier de l'image comme transfiguration du réel dans la pratique de l'installation et de la photographie » Mémoire. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Maîtrise en arts visuels et médiatiques.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (35MB)

Résumé

Qu'est-ce qui caractérise l'ensemble de ma démarche de création ? D'une façon générale, mon approche se caractérise par une attitude d'observation attentive de la réalité quotidienne, par l'intérêt que j'éprouve pour le processus d'élaboration de l'œuvre et par la fascination pour l'image. Ce que j'observe vraiment et ce sur quoi je veux attirer l'attention, c'est l'ordinaire, le quotidien, l'habituel, le commun. De cette réalité quotidienne peut se détacher un objet (objet matériel, geste ou image médiatisées) qui capte mon attention et qui fait image. Ce qui éveille ma curiosité, touche ma sensibilité, aiguillonne mon imagination et stimule ma créativité fait image pour moi, une image enrichie et teintée par mon histoire personnelle et mes racines culturelles. Que se passe-t-il entre le moment où un objet fait image et celui où il est devenu un objet transformé et est présenté comme œuvre d'art? Entre ces deux moments, je réalise une mise en chantier de l'image où je joue avec toutes les possibilités, limites et zones grises de la perception, avec l'intention finale de partager avec des spectateurs les questionnements, les réflexions, les doutes, les étonnements et les découvertes qui m'habitent. Tout ce processus de création comporte trois grandes étapes. C'est tout d'abord l'observation critique avec la visée de bien scruter l'objet retenu, de le questionner et de le comprendre. Après quoi, prennent place des expérimentations par des manipulations et des transformations de l'objet, lesquelles s'actualisent par des actions telles que : modifier l'apparence ou l'intégrité de l'objet, le placer dans un nouveau contexte et tester ses fonctions ou ses caractéristiques. Arrive ensuite la troisième étape, la machination du regard. Cette étape identifie les actions à poser pour influencer le regard du spectateur : accrocher le regard, déstabiliser le spectateur et solliciter son imagination. Cette étape s'appuie sur le pouvoir de fascination de l'image, sur la possibilité de jouer avec les limites de la perception et sur les multiples interactions entre l'objet matériel et l'objet culturellement investi. Qu'en est-il du corpus réalisé en cours de maîtrise? Ce corpus comprend trois œuvres utilisant trois médium différents : l'installation Parcourir le hors champ présentée à la Galerie de l'UQAM en février 2008, la photographie Le faux mouvement et la vidéo Tournis présentées au Musée d'art contemporain de Montréal, de mai à septembre 2008. Chaque œuvre est accompagnée d'une description, d'un carnet de pratique et de réflexions.

Type: Mémoire accepté
Informations complémentaires: Le mémoire a été numérisé tel que transmis par l'auteur.
Directeur de thèse: Côté, Mario
Mots-clés ou Sujets: Création artistique / Image / Installation d'art / Objet d'art / Photographie artistique / Mémoires et thèses de création
Unité d'appartenance: Faculté des arts > École des arts visuels et médiatiques
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 01 mai 2018 14:44
Dernière modification: 01 mai 2018 14:44
Adresse URL : http://archipel.uqam.ca/id/eprint/11180

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...