Éléments microéconomiques sous-jacents aux perceptions et à l'acceptabilité sociale de politiques environnementales par des populations vulnérables de la région du Tapajos en Amazonie brésilienne

Tremblay, Stéphane (2018). « Éléments microéconomiques sous-jacents aux perceptions et à l'acceptabilité sociale de politiques environnementales par des populations vulnérables de la région du Tapajos en Amazonie brésilienne » Thèse. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Doctorat en sciences de l'environnement.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (15MB)

Résumé

L'État du Pará en Amazonie brésilienne est devenu une frontière active de développement et est soumis à des pressions environnementales provenant tant de l'agriculture et de l'élevage que de l'exploitation des ressources naturelles. Les populations d'agriculteurs familiaux, pratiquant principalement la culture sur coupe et brûlis présentent un indice de développement humain (IDH) parmi les plus faibles au Brésil. La dégradation de l'environnement qui s'accompagne de la perte de services écosystémiques a des conséquences néfastes autant pour l'équilibre écologique que pour la santé des populations vulnérables. Deux problèmes de santé publique intimement liés à la déforestation sont en émergence en Amazonie brésilienne et reflètent cette situation : l'exposition au mercure à travers la consommation traditionnelle de poissons et la prévalence de la maladie de Chagas. Cette thèse se penche sur des éléments microéconomiques liés à la perception et à l'acceptabilité sociale de politiques environnementales par des populations d'agriculteurs familiaux de la région du Tapajós. Elle inclut spécifiquement trois analyses reposant sur autant de cadres conceptuels : l'analyse de la perception entre l'environnement, la santé et le bien-être, l'analyse de l'acceptabilité sociale d'un programme de paiement pour services écosystémiques (PSE) et l'analyse des impacts sur l'environnement de l'effet-revenu créé par des programmes de transfert conditionnel. Le premier chapitre porte sur le lien perçu par les populations à l'étude entre les services écosystémiques générés par quatre éléments de l'environnement et la santé et le bien-être de ces populations, à savoir l'eau, la forêt, les systèmes agroécologiques et les champs en cultures traditionnelles. Le second chapitre s'intéresse à l'acceptabilité sociale d'un programme de paiement pour services écosystémiques et aborde des critères de distribution, d'efficacité et d'indépendance. Il y fait également une estimation du paiement minimal acceptable à travers le coût d'opportunité. Le troisième chapitre détaille les impacts environnementaux non-prévus provoqués par la présence de programmes de transfert. L'hypothèse que l'effet-revenu entraîné par ces programmes a des effets sur des activités ayant des impacts sur l'environnement y est développée. Les activités considérées couvrent l'extractivisme, la production agricole, l'élevage, les transports et la volonté de migrer dans un contexte de région frontière. Les données ont été recueillies dans quatre communautés de la région du Tapajós, dans l'État du Pará au Brésil. Ces communautés sont formées autant de familles établies depuis plusieurs générations que de migrants récents. Elles ont comme caractéristiques d'être soumises à des pressions intenses sur leur environnement, notamment à cause de l'agriculture sur coupe et brûlis mais aussi de l'élevage. Des entrevues semi-dirigées et des questionnaires de type sondage ont permis de recueillir des données auprès de 139 individus. Les principaux résultats montrent que la perception du lien entre les services écosystémiques et la santé et le bien-être des ménages passe surtout à travers les services d'approvisionnement et les services de régulation. La propriété de la terre et le niveau de revenu sont les principaux facteurs qui influencent la perception de ces services écosystémiques. Il existe une acceptabilité sociale pour un programme de PSE, même si un investissement direct dans la modernisation des activités agricoles est davantage souhaité. L'acceptabilité sociale d'un programme de PSE passe par une distribution équitable des paiements entre les ménages d'une même communauté de même que par un paiement minimal qui couvre le coût d'opportunité lié à l'agriculture sur coupe et brûlis. La propriété de la terre est un facteur explicatif favorisant l'acceptabilité sociale d'un PSE. Il existe un effet-revenu entrainé par les programmes de transfert conditionnels et non-conditionnels qui se manifeste surtout sur les activités agricoles et d'élevage de même que sur les habitudes de transport. La proportion que représentent ces transferts dans le revenu du ménage est un facteur important influençant cet effet-revenu. Cette thèse a été réalisée dans un contexte interdisciplinaire et met l'accent sur des aspects microéconomiques permettant d'acquérir une connaissance pointue de quatre communautés de la région du Tapajós. L'utilisation des données de population permet d'appuyer les interprétations par des traitements statistiques forts. Elle s'inscrit dans un contexte de santé environnementale où les liens entre l'environnement et la santé sont au cœur de la problématique et des solutions développées. Ce contexte permet aisément d'aborder ces questions avec les communautés à l'étude et permet d'analyser les critères relatifs à l'acceptabilité sociale d'un point de vue du ménage et d'estimer la valeur minimale acceptable d'un PSE directement à partir des données du terrain. Finalement, cette étude fait le lien au niveau micro entre l'effet-revenu créé par les programmes de transfert et différents comportements et décisions des ménages pouvant avoir un impact sur l'environnement. Ce lien qui fait état d'effets non prévus des politiques de protection environnementale ou de développement social est établi de façon empirique, cette étude ayant permis d'en faire l'observation. Les résultats et les conclusions de cette thèse fournissent des recommandations pour l'élaboration de politiques publiques qui tiennent compte de ces éléments microéconomiques et qui promeuvent un développement durable dans la région du Tapajós. Ces éléments sont la régularisation des titres de propriété foncière pour les petits agriculteurs familiaux, une meilleure planification des services publics et des infrastructures et la mise en place d'outils permettant de favoriser la transition de l'agriculture sur coupe et brûlis vers une technique plus durable et adaptée aux agriculteurs familiaux. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : Services écosystémiques, paiements pour services écosystémiques, effet-revenu, agriculture sur coupe et brûlis, rivière Tapajos, Amazonie brésilienne.

Type: Thèse ou essai doctoral accepté ()
Informations complémentaires: La thèse a été numérisée telle que transmise par l'auteur.
Directeur de thèse: Lucotte, Marc
Mots-clés ou Sujets: Politique environnementale / Politique sociale / Amazonie brésilienne / Région du Tapajos (Brésil) / Services des écosystèmes / Paiements pour services environnementaux / Paiements de transfert / Acceptabilité sociale / Agriculteurs -- Attitudes / Déboisement / Santé publique -- Aspect de l'environnement
Unité d'appartenance: Instituts > Institut des sciences de l'environnement (ISE)
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 13 avr. 2018 13:15
Dernière modification: 13 avr. 2018 13:15
Adresse URL : http://archipel.uqam.ca/id/eprint/11169

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...