Le lien entre l'indépendance émotionnelle vis-à-vis chacun des parents, les capacités d'intimité avec les amis ainsi que les partenaires et la détresse psychologique chez les jeunes femmes âgées entre 18 et 25 ans

Gurreri, Stella (2017). « Le lien entre l'indépendance émotionnelle vis-à-vis chacun des parents, les capacités d'intimité avec les amis ainsi que les partenaires et la détresse psychologique chez les jeunes femmes âgées entre 18 et 25 ans » Thèse. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Doctorat en psychologie.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (12MB)

Résumé

Au Québec, près de 45 % des jeunes femmes de 15 à 24 présentent une détresse psychologique élevée, le plus haut taux de tous les groupes (Camirand et coll., 2016). Les jeunes femmes universitaires sont d'autant plus à risque de vivre une détresse élevée (Stallman, 2010). La détresse psychologique peut avoir des conséquences importantes : capacité réduite au travail et dans les études (Légaré et coll., 2001; Stallman, 2010), idées suicidaires (Bibeau et Dupuis, 2007), etc. Parmi les facteurs associés à la détresse, on retrouve entre autres la qualité des relations interpersonnelles (Cotten et coll., 2003; Gale et coll., 2010). Plusieurs auteurs tels que Erikson (1968) et Bowen (1978) ont identifié l'individuation et la différenciation, ou la capacité à négocier les frontières dans les relations aux parents, comme étant à la base de la qualité des relations interpersonnelles à l'âge adulte. En plus de jouer un rôle dans la capacité à vivre une relation intime et la gestion des conflits relationnels (Erikson, 1963), l'individuation/la différenciation serait aussi associée à la régulation émotionnelle et à la présence de symptômes de détresse psychologique (Bowen, 1978). Bien que des recherches aient documenté le lien entre l'individuation et la différenciation ainsi que la détresse psychologique (par exemple Bartle-Haring et Probst, 2004; Skowron et coll., 2009), peu d'études ont exploré les différentes variables impliquées dans cette association en incluant différents facteurs des relations significatives chez une population de jeunes femmes. Pourtant, la capacité d'intimité dans les relations significatives actuelles serait à considérer dans l'étude du lien entre l'individuation/la différenciation et la détresse psychologique puisque pour plusieurs auteurs (Allison et Sabatelli, 1988; Bowen, 1978; Erikson, 1963), l'individuation/la différenciation et l'intimité sont à la base de la qualité des relations interpersonnelles en plus d'être associées à la détresse psychologique. Des études sont nécessaires afin de développer davantage nos connaissances sur les différentes variables des relations significatives et effets directs et indirects impliqués dans l'association entre individuation/différenciation et détresse psychologique. De même les études recensées font peu la distinction entre l'indépendance émotionnelle à chacun des parents ou entre la capacité d'intimité avec les amis et avec les partenaires. La présente thèse propose de documenter le lien entre l'indépendance émotionnelle à chacun des parents, faisant état de l'aspect affectif sous-jacent à la négociation des frontières dans les relations aux parents, la capacité d'intimité avec les amis et avec les partenaires et la détresse psychologique chez les jeunes femmes universitaires. Plus spécifiquement, cette thèse a pour objectif d'effectuer la distinction entre l'indépendance émotionnelle à chacun des parents et leur apport respectif face à la détresse psychologique chez une population de jeunes femmes universitaires âgées de 18 à 25 ans. Ensuite, cette thèse a pour objectif d'explorer les effets indirects impliqués dans l'association entre indépendance émotionnelle à chacun des parents et détresse psychologique, pour ce faire, la capacité d'intimité avec les amis et avec les partenaires sont incluses dans la présente recherche doctorale. Pour répondre aux objectifs de cette thèse, deux études complémentaires employant des devis transversaux de type corrélationnel sont présentées. Le premier article a pour but de départager l'indépendance émotionnelle à chacun des parents en lien avec la détresse psychologique chez une population de jeunes femmes universitaires âgées de 18 à 25 ans. Cet article porte sur des jeunes femmes âgées entre 18 et 25 ans recrutées dans une université par courriel pour répondre à un questionnaire en ligne (n = 1716). Les résultats suggèrent que l'indépendance émotionnelle à la mère et au père sont modérément associées, mais néanmoins distinctes puisque les résultats d'une ANOVA à mesures répétées démontrent que les jeunes femmes présentent des niveaux d'indépendance émotionnelle à la mère en général plus bas que les niveaux au père. Les résultats d'un GLM suggèrent que les niveaux de détresse sont significativement plus bas chez les jeunes femmes présentant des niveaux d'indépendance émotionnelle élevés aux deux parents comparativement aux jeunes femmes présentant au moins un niveau d'indépendance émotionnelle faible avec la mère ou le père. Le deuxième article a pour but de mieux comprendre les associations entre l'indépendance émotionnelle à chacun des parents, la capacité d'intimité avec les amis et avec les partenaires ainsi que la détresse psychologique chez une population de jeunes femmes universitaires âgées de 18 à 25 ans en tentant d'élaborer un modèle comprenant toutes ces variables. Cet article porte sur des jeunes femmes âgées entre 18 et 25 ans recrutées dans une université par courriel pour répondre à un questionnaire en ligne (provenant de la même banque de données que le premier article, n = 1384). Les résultats des analyses acheminatoires suggèrent des liens directs entre l'indépendance émotionnelle à chacun des parents et la détresse psychologique, mais également des liens indirects par les variables capacité d'intimité avec les amis et avec les partenaires. Plus spécifiquement, plus les jeunes femmes sont indépendantes au niveau émotionnel face à leur mère, plus elles ont une bonne capacité d'intimité avec les amis et moins elles vivent des niveaux élevés de détresse psychologique. Aussi, plus les jeunes femmes sont indépendantes au niveau émotionnel de leur père, plus elles ont une bonne capacité d'intimité avec les partenaires et moins elles vivent des niveaux élevés de détresse. Les résultats de cette recherche doctorale soutiennent l'importance de considérer l'indépendance émotionnelle à chacun des parents en lien avec la détresse psychologique. De plus, les résultats soulignent les liens entre les différentes relations interpersonnelles et la détresse psychologique, en plus de mettre en lumière l'importance des relations aux parents jusqu'à l'âge adulte. Dans l'ensemble, les résultats de ce programme de recherche contribuent à orienter les recherches futures ainsi que les stratégies d'interventions au plan clinique. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : Indépendance émotionnelle à la mère, indépendance émotionnelle au père, capacité d'intimité avec les amis, capacité d'intimité avec les partenaires, détresse psychologique, jeunes femmes.

Type: Thèse ou essai doctoral accepté ()
Informations complémentaires: La thèse a été numérisée telle que transmise par l'auteur.
Directeur de thèse: Boucher, Sophie
Mots-clés ou Sujets: Jeunes femmes -- Santé mentale / Étudiantes / Détresse / Autonomie / Parents et enfants adultes / Relations humaines / Amitié / Amour / Intimité / Individuation
Unité d'appartenance: Faculté des sciences humaines > Département de psychologie
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 16 mars 2018 14:28
Dernière modification: 16 mars 2018 14:28
Adresse URL : http://archipel.uqam.ca/id/eprint/11065

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...