Médiologie de l'installation sonore cinétique et générative Cordes

Leduc, Martin (2017). « Médiologie de l'installation sonore cinétique et générative Cordes » Thèse. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Doctorat en études et pratiques des arts.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (23MB)

Résumé

Cette thèse a pour objet de comprendre une démarche artistique interdisciplinaire qui cherche à contribuer à un enrichissement des modalités d'écoute du grand public. L'œuvre qu'elle présente a pour but d'offrir une continuité bienveillante entre technologie, culture et perception. Il sera question d'explorer les conditions de son apparition après avoir décrit les composantes de son système audiovisuel. Cordes est une sculpture-instrument qui reprend la notion d'aléatoire balisé inspirée de la programmation probabiliste stochastique, et l'intègre à un mobile suspendu dans l'espace qui n'est pas sans évoquer le son des harpes éoliennes. Sa particularité réside dans le fait de créer de manière autonome une progression cinétique et sonore, à la fois indéterministe et continue, déployant un flux d'interactions entre l'espace, le temps et le mouvement. Ce dispositif expérimental relie de manière accessible et cohérente des médiums et des procédés techniques issus de pratiques musicales, de l'art cinétique, d'installations sonores ainsi que de l'art génératif. L'œuvre suggère de manière implicite ses conditions d'apparition, ses filiations historiques évocatrices, et dévoile de manière explicite ses mécanismes dynamiques, novateurs et accessibles. Le but de ce travail de recherche est de décrire une œuvre, de la situer dans les contextes multiples qui l'ont rendue possible, afin d'en comprendre les spécificités. Parmi les œuvres qui jalonnent mon parcours artistique, j'ai sélectionné Cordes qui concrétise de manière significative la richesse interdisciplinaire de ma démarche. L'interdisciplinarité est d'ailleurs au cœur de ma méthodologie médiologique, et celle-ci s'articule naturellement avec la systémique de ma pratique. La médiologie permet de remonter les filiations et de reconstituer les itinéraires qui ont mené à l'émergence technique, esthétique et culturelle de l'œuvre en question. Les itinéraires de Cordes recoupent des portions de l'histoire culturelle, de l'histoire de la musique et des instruments, sous un regard anthropologique des techniques comme suppléant nécessaire à la dépendance originelle de l'hominisation. L'approche médiologique permet quant à elle d'aborder un milieu technique en le rapprochant de la transmission culturelle de ses filiations. Elle offre des ponts entre ce qui traverse l'espace par les communications et ce qui traverse le temps par la transmission. Les méthodes utilisées sont systémiques, médiologiques et inspirées de l'organologie générale. Elles intègrent une pluralité de références, de dimensions et de regards dans le but de décrire et de comparer pour comprendre la singularité du dispositif. J'ai orienté mon questionnement vers l'articulation entre les médiums techniques et culturels de cet instrument physique porteur d'effets esthétiques. Quelles sont les conditions d'apparition de l'œuvre Cordes? Qu'offre-t-elle de spécifique à l'écoute et à l'attention? Quelles expériences techno-esthétiques positives propose-t-elle face à la pollution sonore? Quels sont les procédés physiques, algorithmiques, sonores et spatio-temporels utilisés par ce dispositif? Comment son déploiement en temps réel offre-t-il des références synchroniques et diachroniques au public, lui ouvrant des parcours sonores uniques à défricher? L'œuvre devient ainsi pour le public un point de convergence entre l'instant vécu in situ et les filiations historiques qu'elle suggère. L'hypothèse implique que les émergences déployées par ce système en temps réel et l'historicité de l'espace d'évocation qu'il suggère libèrent une diversité de parcours d'écoute in situ et ouvrent à un vaste bassin de références psychiques et collectives. L'improvisation sonore de l'œuvre s'inspire d'interactions entre les progressions de la respiration lente et le cinétisme lent de son instrument suspendu, en flottaison. Elle offre aussi des liens dynamiques entre phénomènes visuels, cinétiques et sonores. L'œuvre découle d'une démarche où recherche et création se sont côtoyées et croisées tout au cours du processus de création et d'écriture. Le milieu technique artistique est déterminant dans la manière de tisser des liens, dans l'émergence de significations et de sensibilités partagées. L'atmosphère proposée se veut un art liant, visant un meilleur partage des sons, du temps et des lieux. La thèse s'articule à la création par des références artistiques, philosophiques, physiques, mathématiques et psychoacoustiques. Son agencement ne sert pas à prouver, mais à faire éprouver au public la découverte d'émergences issues de relations cohérentes entre les éléments hétérogènes de l'œuvre. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : Écologie sonore, Installation sonore, Sculpture sonore, Médiologie, Musique générative, Stochastique, Art cinétique, Art numérique, Art sonore.

Type: Thèse ou essai doctoral accepté ()
Informations complémentaires: La thèse a été numérisée telle que transmise par l'auteur.
Directeur de thèse: Poissant, Louise
Mots-clés ou Sujets: Installations sonores / Sculpture sonore / Bruits naturels / Médiologie / Création (Arts)
Unité d'appartenance: Faculté des arts
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 12 déc. 2017 13:42
Dernière modification: 12 déc. 2017 13:42
Adresse URL : http://archipel.uqam.ca/id/eprint/10787

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...