Hétérogénéité environnementale et évolution des différences de traits de personnalité chez la mésange bleue (Cyanistes caeruleus)

Dubuc-Messier, Gabrielle (2017). « Hétérogénéité environnementale et évolution des différences de traits de personnalité chez la mésange bleue (Cyanistes caeruleus) » Thèse. Montréal, Québec, Université du Québec à Montréal, Doctorat en biologie.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (6MB)

Résumé

Un des objectifs de l'écologie évolutive est de comprendre les causes et conséquences de la diversité biologique. L'étude des facteurs à l'origine de la divergence phénotypique des populations et de la formation d'adaptations locales peut nous donner des indications sur les causes de la diversité intraspécifique et sur la trajectoire évolutive des populations. La divergence phénotypique des populations peut être adaptative ou neutre. L'hétérogénéité spatiale des conditions écologiques, via la variation des pressions de sélection qu'elle engendre, est un des facteurs importants à l'origine de la divergence adaptative des populations. L'hétérogénéité spatiale peut causer une divergence génétique et/ou plastique entre populations. Selon le type de divergence, les populations n'auront pas la même trajectoire évolutive. Traditionnellement, il a été considéré que la divergence génétique et adaptative des populations était peu probable lorsqu'elles sont séparées par des distances que les organismes peuvent franchir lors de leur dispersion parce que les flux géniques homogénéiseraient les génotypes. Par contre, des études récentes suggèrent que ce ne serait pas nécessairement toujours le cas, particulièrement lorsque les pressions de sélection sont fortes et que la dispersion est non aléatoire. Un nombre croissant d'études rapporte la présence de différences de comportements entre les individus qui sont stables dans le temps et héritables. Ce type de variation intraspécifique a été nommé personnalité. Il a récemment été proposé que les traits de personnalité auraient coévolué avec des traits d'histoire de vie et des traits physiologiques (hypothèse du syndrome de train de vie). Selon cette hypothèse, nous pourrions trouver au niveau de la métapopulation, différentes combinaisons de traits dans l'espace façonnées par le régime local de sélection. Jusqu'à présent peu d'études ont porté sur l'importance relative des effets plastiques et génétiques et des pressions de sélections pour la divergence des populations pour des traits de personnalité et encore moins pour le syndrome de train de vie. Notre objectif était de déterminer si une forte variation spatiale de conditions écologiques pouvait mener à une divergence phénotypique et génétique adaptative pour des traits de personnalité entre des populations connectées par un flux génique. Nous avons répondu à cet objectif grâce au suivi à long terme de trois populations sauvages de mésanges bleues (Cyanistes caeruleus) présentes dans une mosaïque d'habitats très contrastée en Corse (France). Des études réalisées précédemment ont montré que bien qu'elles soient connectées par un flux génique et séparées par de petites distances spatiales (6 à 25 km), ces populations diffèrent au niveau phénotypique et génétique pour plusieurs types de traits, dont des traits d'histoire de vie. Notre étude indique que ces populations divergent également pour des traits de personnalité chez les adultes et chez les jeunes au niveau phénotypique et génétique. De plus, nos résultats suggèrent que ces divergences ne sont pas le fruit de processus neutres, mais pourraient être plutôt causées par la sélection naturelle. Notre étude est une des premières à montrer des divergences génétiques pour des traits de personnalité à une échelle spatiale aussi fine. Par ailleurs, les divergences de moyennes populationnelles observées sont en accord avec les prédictions du syndrome de train de vie. Ainsi, bien que d'autres études plus approfondies soient nécessaires pour le confirmer, nos résultats suggèrent que les divergences observées entre ces populations sont issues de la coévolution d'un ensemble de traits formant un train de vie rapide ou lent façonné par le régime local de sélection. Cette thèse souligne l'importance de l'hétérogénéité environnementale pour la diversité intraspécifique et montre qu'une divergence phénotypique, génétique et adaptative est possible pour des traits comportementaux souvent considérés comme plus plastiques et moins sujets aux divergences génétiques. __________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : adaptations locales, personnalité, sélection naturelle, hétérogénéité environnementale, Cyailistes caeruleus

Type: Thèse ou essai doctoral accepté ()
Informations complémentaires: La thèse a été numérisée telle que transmise par l'auteur.
Directeur de thèse: Réale, Denis
Mots-clés ou Sujets: Mésange bleue -- Mœurs et comportement -- Corse / Adaptation -- Aspect de l'environnement / Hétérogénéité écologique / Sélection naturelle / Phénotypes / Oiseaux -- Populations -- Aspect de l'environnement
Unité d'appartenance: Faculté des sciences > Département des sciences biologiques
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 11 déc. 2017 09:35
Dernière modification: 31 janv. 2018 16:06
Adresse URL : http://archipel.uqam.ca/id/eprint/10779

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...