Étude des conséquences psychosociales des conflits en habitation chez les personnes locataires demanderesses de services-conseils d'une ressource communautaire montréalaise

Breault, Geneviève (2017). « Étude des conséquences psychosociales des conflits en habitation chez les personnes locataires demanderesses de services-conseils d'une ressource communautaire montréalaise » Thèse. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Doctorat interdisciplinaire en santé et société.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (20MB)

Résumé

En tant que phénomène essentiellement urbain, le marché de la location résidentielle met en scène des locataires de logement ainsi que leurs propriétaires, aussi appelés bailleurs ou locateurs. Le logement, un thème de recherche qui a été exploré dans plusieurs sens, est un lieu particulier qui se distingue des autres espaces que sont la rue, le quartier ou encore la ville. Il est vécu en référence à l'opposition fondamentale dehors-dedans et se structure à partir de l'axe de séparation de la porte, un point de démarcation matériel, une frontière qui assure une protection et marque un point de rupture entre le privé et le public. Les rapports que nous entretenons face à notre logement dépassent le cadre de l'habitat pour s'inscrire dans ceux du chez-soi. C'est pourquoi l'apparition et le développement d'une situation conflictuelle dans le rapport contractuel entre la personne habitant un logement et celle le lui louant peut s'avérer fortement éprouvante. Ce sont précisément les effets de ces situations conflictuelles sur les conditions de vie et la santé des locataires que cette thèse souhaite documenter. Celle-ci, qui s'inscrit dans le contexte juridique du droit du logement et tout en interpelant les sciences sociales, n'est toutefois ni une thèse en droit ni en sociologie, mais bien en santé et société. Elle nous a permis de documenter le vécu de vingt-et-une personnes locataires aux prises avec une situation dans laquelle elles considèrent que leurs droits sont lésés, bafoués ou encore non respectés. Notre objectif est de contribuer à une réflexion sur la question des conséquences sociales et sanitaires de tels conflits pour les personnes locataires à partir d'une posture de valorisation du parti pris et de l'observation d'en bas (Pires, 1997). Les témoignages recueillis démontrent que les conflits locataires-propriétaires ne peuvent être banalisés comme de simples tracas de la vie quotidienne, car ils démontrent que ceux-ci s'accompagnent non seulement de sentiments d'injustice mais également de symptômes liés à l'anxiété et à la dépression. Les résultats obtenus démontrent par ailleurs que bien qu'elles situent leur conflit sur le plan juridique, les personnes locataires qui sollicitent des informations ainsi qu'un accompagnement auprès des organismes communautaires de défense de droits ne s'adressent pas aux mécanismes de surveillance et de protection de leurs droits. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : locataires, santé, conflit, chez-soi, non-recours, accès à la justice, droit du logement.

Type: Thèse ou essai doctoral accepté ()
Informations complémentaires: La thèse a été numérisée telle que transmise par l'auteur.
Directeur de thèse: Gallié, Martin
Mots-clés ou Sujets: Locateurs et locataires / Locataires -- Santé mentale / Logement / Conflit interpersonnel / Accès à la justice / Droit du logement / Droit au logement
Unité d'appartenance: Faculté des sciences humaines
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 21 nov. 2017 08:34
Dernière modification: 21 nov. 2017 08:34
Adresse URL : http://archipel.uqam.ca/id/eprint/10656

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...