De l'acteur-interprète à l'acteur-créateur : vers une technique d'improvisation fondée sur la notion d'empathie chez Édith Stein

Baril, Jacques (2017). « De l'acteur-interprète à l'acteur-créateur : vers une technique d'improvisation fondée sur la notion d'empathie chez Édith Stein » Mémoire. Montréal, Québec, Université du Québec à Montréal, Maîtrise en théâtre.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (2MB)

Résumé

Ce mémoire en recherche-création propose d'étudier une technique d'improvisation héritée du cadre pédagogique de l'Actors Studio, d'en expérimenter les modalités techniques et les possibilités artistiques. L'objectif principal est de proposer un outil de recherche et de création par le jeu de l'acteur en nous basant sur notre propre expérience de même que sur la notion d'empathie décrite par Édith Stein. Cette technique d'improvisation se nomme improvisation dirigée et son cadre théorico-pratique est la triade « Doré-Salant-Cycles Repères ». La partie théorique de cette recherche débute par un bref état des lieux de l'improvisation. Cette contextualisation situe notre problématique à propos de l'improvisation dans l'histoire du théâtre et nous dévoile l'émergence de deux grandes approches du jeu de l'acteur à l'orée du xxème siècle. La première est celle de Jacques Copeau; évitant tout psychologisme et mettant de l'avant le mouvement et le corps de l'acteur. Quant à la seconde, Constantin Stanislavski la représente en favorisant, quant à lui, une approche psychologique de la part de l'acteur dans la construction du personnage. À ces deux figures de proue correspondent deux filiations artistiques distinctes. Celle de Copeau se déclinerait par Jacques Lecoq et Marc Doré. Celle de Stanislavski passerait par Lee Strasberg et Blanche Salant. Ainsi, la triade « Doré-Salant-Cycles Repères » s'inscrit dans une conception du jeu de l'acteur n'opposant pas deux écoles mais cherchant au contraire à les unifier à l'intérieur d'un processus de création dont les Cycles Repères sont représentatifs; notamment grâce à la notion de ressource. En cette triade, une constante apparaît de manière à la fois récurrente et distincte pour ces trois éléments : l'application d'un acte d'empathie dont Édith Stein nous en définit le sens philosophique. La dernière partie de ce mémoire se termine en proposant l'arrimage de cette notion philosophique à la pratique d'une technique d'improvisation dite « dirigée ». Quatre études de cas décrivent notre cheminement lors de laboratoires quant à notre question de recherche. S'agissant d'interroger une technique d'improvisation destinée à la formation de l'acteur pour la transformer en outil de recherche et de création, une conférence-démonstration propose cet arrimage entre notion philosophique et pratique théâtrale en associant la notion d'acte d'empathie chez Édith Stein à la relation directeur-acteur lors d'une improvisation dirigée. ___________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : Improvisation dirigée et direction d'acteur, empathie, processus de création, Marc Doré, Blanche Salant, Cycles Repères, Édith Stein.

Type: Mémoire accepté
Informations complémentaires: Le mémoire a été numérisé tel que transmis par l'auteur.
Directeur de thèse: Konrad, Angela
Mots-clés ou Sujets: Art dramatique / Improvisation / Direction d'acteur / Empathie / Marc Doré / Blanche Salant / Cycles Repère / Edith Stein / Mémoires et thèses de création
Unité d'appartenance: Faculté des arts > École supérieure de théâtre
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 07 nov. 2017 15:50
Dernière modification: 07 nov. 2017 15:50
Adresse URL : http://archipel.uqam.ca/id/eprint/10581

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...