Caractéristiques discriminantes du couplage entre fuseaux et ondes lentes du sommeil et déclin cognitif dans la maladie de Parkinson

Adda-Bouchard, Fatima (2017). « Caractéristiques discriminantes du couplage entre fuseaux et ondes lentes du sommeil et déclin cognitif dans la maladie de Parkinson » Thèse. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Doctorat en psychologie.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (11MB)

Résumé

Le déclin cognitif observé chez des patients atteints de la maladie de Parkinson (MP) a été associé à un ralentissement des rythmes de l'électroencéphalogramme (EEG) du sommeil et de l'éveil. Dans une étude prospective menée sur des EEG enregistrés à l'inclusion chez 68 personnes MP et 44 sujets sains, l'analyse des activités caractéristiques du sommeil lent montre que l'amplitude et la densité des fuseaux de sommeil (FS) dans les régions corticales postérieures peuvent également être significativement plus réduites chez des patients qui ont développé une démence à l'issu d'un suivi de 4.5 ans en moyenne (Latreille et al., 2015). Dans ce travail, nous avons cherché à savoir si l'analyse des relations entre l'enveloppe des FS et des ondes lentes à partir d'une mesure appelée « couplage phase-amplitude » permettrait aussi de déceler des différences entre ces mêmes trois groupes. Notre échantillon incluait les données EEG de 102 des 112 sujets étudiés par Latreille et al. (2015). Les FS ont été filtrés dans deux gammes de fréquences ([11-13 Hz] ou [13-15 Hz]) et nous avons utilisé cinq sous-bandes de basses fréquences dans la gamme delta (inférieure à 4Hz), allant de [0.6-0.8 Hz] à [1.2-1.4 Hz]. L'analyse a ainsi été menée sur dix paires de paramètres, basses fréquences / FS, obtenus chez ces 102 participants à partir de huit canaux : F3, F4, C3, C4, P3, P4, O1 et O2. Pour chaque combinaison de basses fréquences et de fuseaux et pour chacun des sujets, 64 moyennes de couplage phase-amplitude (CPA) ont été calculées à partir de la combinaison des huit canaux fournissant simultanément l'enveloppe des FS et des ondes lentes. Cette quantité de données a été réduite à trois axes factoriels principaux qui ont été soumis à une analyse discriminante, puis à une régression logistique binaire. Quatre combinaisons de fréquences permettaient de discriminer le groupe de patients MP qui ont ultérieurement développé une démence (MPD) des autres patients (MPnD) et du groupe de sujets sains. Seulement deux d'entre elles apportaient une information non redondante : les fréquences 0.8-1.0 / 11-13 Hz, dont le pouvoir discriminant était le plus élevé (p = 0.000052), et les fréquences 1.2-1.4 / 13-15 Hz, qui permettaient aussi une bonne discrimination (p = 0.00011). Pour expliquer les scores factoriels de chacune de ces combinaisons basses fréquences / FS, des analyses de variance ont été réalisées pour comparer les moyennes de CPA du groupe MPD à celles du groupe MPnD et à celles du groupe de sujets sains. Les résultats montrent que ces deux combinaisons de fréquences permettent d'observer des différences statistiquement significatives entre les profils de CPA du groupe MPD et ceux des deux autres groupes. Ces différences n'impliquent pas les mêmes régions corticales selon que le CPA est mesuré avec l'une ou l'autre des deux combinaisons de fréquences. Avec les gammes 0.8-1.0 / 11-13 Hz, les patients MPP présentent une réduction significative du CPA entre les ondes lentes frontales et les FS occipitaux mais aussi un CPA significativement plus élevé entre les ondes lentes occipitales et les FS frontaux. Avec les fréquences 1.2-1.4 / 13-15 Hz, c'est une augmentation du CPA entre les ondes lentes et les FS dans les régions corticales postérieures qui les différencie des patients MPnD et des sujets sains. En conclusion, l'analyse de la densité et de l'amplitude des FS avait permis de mettre en évidence des modifications de l'EEG associées au déclin cognitif dans la MP. Nos analyses complémentaires du couplage cortico-cortical entre ces signaux et des ondes lentes par des mesures de CPA ont permis une discrimination encore plus sensible du groupe de sujets MPD. Elles suggèrent même deux types différents de modifications de la dynamique des FS dans le groupe MPD. Ainsi, l'altération des FS constatée chez ces patients pourrait ne pas se résumer à une réduction de leur densité et de leur amplitude. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : maladie de Parkinson, cognition, EEG, couplage phase-amplitude, fuseaux de sommeil.

Type: Thèse ou essai doctoral accepté ()
Informations complémentaires: L'essai a été numérisé tel que transmis par l'auteur.
Directeur de thèse: Achim, André
Mots-clés ou Sujets: Maladie de Parkinson / Vieillissement cognitif / Sommeil à ondes lentes / Rythme sigma / Électroencéphalographie
Unité d'appartenance: Faculté des sciences humaines > Département de psychologie
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 06 oct. 2017 12:51
Dernière modification: 06 oct. 2017 12:51
Adresse URL : http://archipel.uqam.ca/id/eprint/10473

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...