Le mythe de la disparition de l'objet : la réévaluation de la notion d'objet dans l'esthétique contemporaine

Sirois-Rouleau, Dominique (2014). « Le mythe de la disparition de l'objet : la réévaluation de la notion d'objet dans l'esthétique contemporaine » Thèse. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Doctorat en histoire de l'art.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (24MB)

Résumé

Cette thèse en histoire de l'art s'intéresse à la notion d'objet dans les arts visuels et, plus précisément, au mythe de sa disparition dans l'esthétique contemporaine. Elle examine les jeux de discours de la philosophie, de l'histoire et de la critique d'art autour de l'objet et de sa disparition de manière à en dégager les principaux enjeux théoriques. Bien qu'elles soient concernées par des pratiques artistiques différentes, soit le ready-made, l'art conceptuel et les pratiques relationnelles, ces approches disciplinaires partagent une même perspective sur l'avenir de l'objet dans les arts visuels : il serait destiné à disparaitre. Pourtant, encore aujourd'hui, le milieu de l'art regorge d'objets. L'hypothèse est alors que les pratiques artistiques telles le ready-made, l'art conceptuel et les pratiques relationnelles n'ont pas signé la fin de l'objet, mais elles ont certainement troublé sa définition traditionnelle dans les théories de l'art. Cette thèse suggère donc de réévaluer la notion d'objet dans l'esthétique contemporaine en regard de ces bouleversements historiques et hors des présupposés de la dématérialisation de l'art. À partir des outils théoriques de l'esthétique analytique et notamment des recherches de Nelson Goodman et de Gérard Genette, cette thèse cherche à formuler une définition de l'œuvre et de son objet. L'objectif de la thèse est de préciser une approche de l'objet d'art qui tienne non seulement compte des ruptures du passé, mais aussi des innovations contemporaines. Ainsi, suite à l'exposé des enjeux théoriques de la dématérialisation, la démonstration des conditions de la persistance des objets sera organisée autour d'un corpus d'œuvres contemporaines. Il s'agit en fait d'examiner la réactualisation et l'interdisciplinarité des œuvres hors des réflexes théoriques de la disparition de l'objet afin d'expliquer les modalités d'existence de l'objet d'art contemporain. En plus des discours de la dématérialisation et de leur réévaluation, la question de la trace ou du document photographique sera aussi abordée. Tel le fil conducteur de la thèse, la trace photographique se trouve au cœur de tous les débats sur l'objet d'art. Invoquée comme une preuve indéniable de la dissolution de l'objet chez les tenants de la dématérialisation, le document photographique conduit ici l'hypothèse d'une transformation des modalités d'existence de l'objet d'art. Il est étudié dans cette thèse en regard de son rôle dans la transformation de la notion d'objet d'art, mais aussi de son activité autonome en tant qu'objet indépendant de l'œuvre qu'il documente. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : objet d'art, disparition, dématérialisation, esthétique analytique, N. Goodman, G. Genette, philosophie de l'art, histoire de l'art, critique d'art, ready-made, art conceptuel, pratiques relationnelles, art contemporain, document, photographie, M. Müller, J. Cardiff, O. Eliasson

Type: Thèse ou essai doctoral accepté ()
Informations complémentaires: La thèse a été numérisée telle que transmise par l'auteur.
Directeur de thèse: Uzel, Jean-Philippe
Mots-clés ou Sujets: Objets d'art -- Histoire / Art -- 21e siècle -- Philosophie / Esthétique / Immatérialisme / Photographies / Ready-made / Art conceptuel / Art relationnel
Unité d'appartenance: Faculté des arts > Département d'histoire de l'art
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 02 oct. 2017 10:59
Dernière modification: 10 nov. 2017 09:35
Adresse URL : http://archipel.uqam.ca/id/eprint/10434

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...