Espaces, personnages et société dans le roman d'aventures québécois au XIXe siècle

Ducharme, Nathalie (2007). « Espaces, personnages et société dans le roman d'aventures québécois au XIXe siècle » Thèse. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Doctorat en études littéraires.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (7MB)

Résumé

Cette thèse a pour but de définir le genre du roman d'aventures publié au Québec au XIXe siècle. La démarche adoptée met à contribution la poétique des genres et l'analyse du discours ainsi que des valeurs sociales transmis par la fiction dans un cadre historique et géographique donné. À un premier niveau, je retrace l'évolution du genre et en dégage les caractéristiques formelles. À un second niveau, j'analyse les stratégies employées par les auteurs pour adapter les procédés et les lieux communs de la fiction européenne à un contexte québécois. Je postule à la base que, si le roman d'aventures émerge au Bas-Canada dans un climat d'instabilité politique et de précarité économique, il doit porter les traces des inquiétudes qui gagnent la population, notamment au lendemain de la publication du rapport Durham préconisant l'assimilation des Canadiens français. Ainsi, les diverses manifestations du discours indiquent que le roman entend dénoncer et parfois même résoudre les problèmes politiques et sociaux. Pour saisir les liens qui unissent les stratégies discursives révélées dans les œuvres et le lectorat auquel elles se destinent, j'introduis un concept que je désigne sous le terme d'« idéologie du réconfort. » Il s'agit d'un système de représentations, de prescriptions et d'interdictions mis en place dans l'esprit de rassurer les lecteurs quant à leurs préoccupations, de satisfaire leur besoin d'émotions fortes et de les conforter dans leurs opinions. Le corpus principal réunit trente-deux romans publiés au Québec entre 1837 et 1900 par vingt auteurs. Les œuvres ont été sélectionnées en fonction de critères préétablis. Elles contiennent une importante quantité d'actions, dont des actes de violence, de même que de nombreux déplacements de personnages dans l'espace. J'examine également vingt-cinq articles critiques publiés dans les journaux. Ceux-ci rendent compte de l'accueil réservé au roman d'aventures qui, de genre décrié au début de la période, devient plus acceptable vers la fin du siècle. Des romans d'Eugène Sue, de Fenimore Cooper, d'Alexandre Dumas et de Jules Verne permettent de mesurer le travail d'adaptation qu'ont réalisé les auteurs d'ici. Enfin, je m'appuie sur une documentation incluant des travaux en littérature et en histoire sociale du XIXe siècle pour mettre en rapport les situations décrites dans la fiction et le contexte de la période. Le traitement du corpus principal repose sur l'analyse du descriptif. Le premier chapitre, dans lequel sont résumées les œuvres, explore les espaces de l'aventure. Cette partie permet de suivre l'évolution du roman, qui connaît d'abord une phase dite « gothique » jusqu'au milieu du siècle, puis une phase « historique » et finalement une phase « sociale ». Dans le second chapitre, je m'intéresse au personnel du roman, lequel comprend les figures du héros, de l'antihéros, de l'héroïne et du vilain. Les personnages sont étudiés en fonction de leur apparence physique, leurs actions, leurs valeurs, la récompense qu'ils obtiennent ou la sanction qui leur est infligée. Le dernier chapitre décline les thématiques sociales prises en considération dans le discours des romanciers. Il est question du nationalisme, de l'argent, de l'amour, de la sexualité et de la sécurité. Les principales conclusions tirées de cette étude mettent en lumière les efforts des romanciers pour se concilier un public tourné vers la modernité et les tenants du conservatisme religieux. Lorsque les situations génèrent des conflits idéologiques, ceux-ci sont résolus dans la perspective de rassurer le plus grand nombre possible de lecteurs. C'est pourquoi la pensée magique et la Providence occupent une place prédominante dans l'aventure. Par ailleurs, notre fiction se distingue partiellement du roman européen en ceci qu'étant largement le produit d'un point de vue colonial, elle rejette les formes d'aventures impérialistes. Enfin, cette thèse révèle de sombres aspects de la société québécoise, tels la violence et la criminalité, qui ont longtemps été ignorés par l'histoire littéraire. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : roman, littérature, aventure, gothique, sociocritique, Québec, l9s.

Type: Thèse ou essai doctoral accepté ()
Informations complémentaires: La thèse a été numérisée telle que transmise par l'auteur.
Directeur de thèse: Andrès, Bernard
Mots-clés ou Sujets: Roman québécois / Roman d'aventure / 19e siècle / Espace / Personnage / Société / Sociologie de la littérature
Unité d'appartenance: Faculté des arts > Département d'études littéraires
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 20 sept. 2017 07:37
Dernière modification: 20 sept. 2017 07:37
Adresse URL : http://archipel.uqam.ca/id/eprint/10047

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...