Utilisation des ressources matérielles et des ressources dédiées à leurs enfants par les mères de milieux populaires : le rôle des liens qu'elles entretiennent avec leur voisinage

Goulet, Julie (2006). « Utilisation des ressources matérielles et des ressources dédiées à leurs enfants par les mères de milieux populaires : le rôle des liens qu'elles entretiennent avec leur voisinage » Thèse. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Doctorat en psychologie.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (18MB)

Résumé

Depuis quelques décennies, la conception de l'exercice du rôle parental s'élargit. Il est dorénavant convenu que la capacité du parent à s'acquitter des tâches que lui prescrit son rôle ne dépend pas que de ses compétences parentales mais aussi de l'environnement dans lequel s'inscrit la relation entre le parent et l'enfant. Une revue de la littérature permet d'identifier des facteurs de risque personnels (e.g. faible scolarité de la mère) et environnementaux (e.g. précarité économique de la famille, monoparentalité et réseau de soutien social de petite taille) affectant à la négative la capacité du parent, et plus particulièrement de la mère, à remplir adéquatement son rôle. Alors que l'utilisation de ressources extrafamiliales pourrait compenser, au moins partiellement, pour une carence de ressources personnelles et environnementales, les mères disposant de peu de ressources sont moins susceptibles d'en faire usage. Selon de nombreux chercheurs, l'établissement et le maintien de liens avec le voisinage, soient en développant des relations sociales avec les voisins ou en participant à l'organisation d'activités locales, favoriserait l'utilisation des ressources du voisinage. La présente étude vise trois objectifs : a) vérifier la fonction médiatrice des liens que les mères entretiennent avec leur voisinage (relations sociales avec les résidants du quartier et participation à l'organisation d'activités locales) entre, d'une part, leurs ressources personnelles et environnementales et, d'autre part, l'utilisation qu'elles font des ressources ou services présents dans leur communauté, c'est-à-dire des ressources formelles mises à leur disposition au sein de leur voisinage de résidence; b) déterminer la contribution relative des liens que les mères entretiennent avec leur voisinage dans l'utilisation qu'elles font des ressources communautaires formelles et; c) estimer la capacité de prédiction des ressources personnelles et environnementales des mères sur l'utilisation qu'elles font des ressources de leur voisinage. Ces trois objectifs de recherche prennent la forme d'un exercice de validation d'un modèle d'analyse. Ce modèle vise à prédire l'utilisation de deux catégories de ressources communautaires formelles par les mères. La première catégorie regroupe les ressources dédiées au développement des enfants alors que la seconde englobe les ressources offrant des biens de base (e.g. nourriture, vêtements) à faible coût. Ce modèle est éprouvé à partir des données recueillies auprès de 410 mères ayant un jeune enfant et résidant au sein de quatre voisinages populaires de Montréal. Des méthodes d'équations structurales sont employées pour vérifier le modèle. Résultant de la combinaison d'analyses acheminatoires et d'analyses factorielles confirmatoires, cette stratégie d'analyse permet d'estimer simultanément la contribution de plusieurs variables tout en considérant l'effet combiné des relations entre elles. Les résultats appuient l'hypothèse que les relations sociales avec les voisins et la participation à l'organisation d'activités locales par les mères peuvent, sous certaines conditions, agir comme variables médiatrices. La participation à l'organisation d'activités locales interviendrait comme élément médiateur entre, d'une part, les ressources économiques (e.g. situation économique) et les ressources humaines (e.g. niveau de scolarité) des mères et, d'autre part, leur utilisation de ressources pour enfants. Quant aux relations sociales avec les résidants du quartier, elles agiraient comme variable médiatrice entre les ressources de soutien social des mères et l'utilisation qu'elles font des ressources matérielles. Les résultats mettent aussi en lumière le pouvoir prédictif et le caractère spécifique des deux formes de liens avec le voisinage (relations sociales et participation à l'organisation d'activités locales) quant à l'utilisation de ressources communautaires formelles. Parmi les deux formes de liens avec le voisinage, seule la participation à l'organisation d'activités locales contribue à prédire l'utilisation de ressources pour enfants. En examinant et en comparant les déterminants des deux formes de liens, nous observons que la participation locale est prédite principalement par les ressources personnelles et environnementales de la mère alors que les relations sociales avec les voisins semblent être expliquées par des éléments traduisant l'appréciation du voisinage par la mère, tels que son enracinement à son voisinage et sa perception du niveau de sécurité régnant au sein de son voisinage. Concernant le pouvoir prédictif des ressources personnelles et environnementales de la mère sur son utilisation des ressources de son voisinage, les résultats montrent que, toutes choses étant égales par ailleurs, plus une mère dispose de ressources, plus elle rapporte utiliser les ressources pour enfants et moins elle déclare tirer profit des ressources matérielles. Par ailleurs, certaines ressources spécifiques de la mère paraissent déterminantes dans l'utilisation de ressources. C'est le cas des ressources humaines de la mère (e.g. niveau de scolarité) qui prédisent positivement l'utilisation de ressources communautaires formelles, peu importe leur nature. Notre étude contribue à l'amélioration de nos connaissances sur le rôle joué par les liens que les mères établissent avec leur voisinage dans l'utilisation qu'elles font des ressources de leur voisinage. Nos résultats réaffirment, dans un premier temps, l'importance de rapprocher les mères confrontées à des conditions de vie difficiles des ressources vouées au développement des enfants et, dans un deuxième temps, la pertinence de poursuivre des actions visant le développement et le maintien des liens entre les mères et leur voisinage de résidence. Les efforts déployés depuis quelques années pour encourager et soutenir la participation locale des individus moins bien pourvus de ressources devraient être maintenus, voire même renforcés. De plus, en examinant simultanément et distinctement deux types de ressources communautaires formelles, notre recherche met en évidence l'importance de distinguer la nature des ressources étudiées. Finalement, la thèse contribue à cerner la spécificité des deux formes de liens que les gens entretiennent avec leur voisinage de résidence et ce, tant au niveau de leurs déterminants qu'au niveau de leur capacité à prédire l'utilisation des ressources du voisinage. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : ressources communautaires, famille, relations sociales avec les voisins, participation civique, effets médiateurs

Type: Thèse ou essai doctoral accepté ()
Informations complémentaires: La thèse a été numérisée telle que transmise par l'auteur.
Directeur de thèse: Bouchard, Camil
Mots-clés ou Sujets: Mère / Milieu défavorisé / Participation communautaire / Relation de voisinage / Rôle parental / Service communautaire / Vie sociale
Unité d'appartenance: Faculté des sciences humaines > Département de psychologie
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 20 sept. 2017 07:19
Dernière modification: 20 sept. 2017 07:19
Adresse URL : http://archipel.uqam.ca/id/eprint/10046

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...