Technique, individuation et (re)production sociale : la musique numérique MP3

Mondoux, André (2007). « Technique, individuation et (re)production sociale : la musique numérique MP3 » Thèse. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Doctorat en sociologie.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (9MB)

Résumé

Cette thèse est fondée sur une problématique posant que le processus d'individuation est une dialectique entre l'homme et la technique, un devenir permanent où chacun des termes redouble (détermine) l'autre. Cependant, dans sa cristallisation sociohistorique actuelle, cette dialectique se traduit par une surdétermination de la technique. Celle-ci, à son tour, se manifeste par deux tendances lourdes qui font partie d'une même dynamique sociale : l'hyperindividualisation, soit l'absence d'un nous capable d'effectuer un redoublement épokhal sur la technique et l'émergence d'un mode de reproduction sociale opérationnel-décisionnel, c'est-à-dire fondé sur la surdétermination de rapports processuels qui, prétendant à l'ontologie, deviennent fin en soi, qui neutralise l'émergence d'un nous porteur de redoublement. L'individualisme exacerbé contemporain passe non seulement par le refus de se soumettre à toute autorité extérieure, mais aussi par l'exclusion de l'autre/Autre (déni du tiers symbolisant). Désormais, l'individu « s'accomplit » pour et par lui-même comme l'atteste notamment l'individualisation de l'expérience de la sphère publique, on songe au Web comme agora accédée par terminal personnel, et le rejet des sources institutionnelles d'information (l'Autre) au profit des blogues (récits de vie) et du citoyen reporter. Mais il y a un prix à payer : ayant charge de lui-même et en l'absence du miroir objectivant de l'autre, l'individu hypermoderne se révèle un moi égotique livré à ses fantasmes (le passage généralisé à l'acte), coincé dans une spirale sans fin de (re)définition de soi, dont l'hyperconsommation identitaire, au grand bonheur du Capital, et dans les impasses narcissiques de la gratification immédiate, la pornographie éclipsant l'érotisme qui exige altérité, temporalité et symbolisme. Ces caractéristiques trouvent écho dans la substitution du symbolique par la technique, soit, sur le plan social, l'émergence du système technicien ou de la société systémique : opérationnalité (raison instrumentale), temps réel qui coïncide avec l'immédiateté du moi égotique, autoréférentialité (la reproduction du système est son identité), subsomption des parties au Tout (homéostasie comme téléologie) et refus de l'autre par un système qui se pose comme condition existentielle de lui-même (système-monde). Là où devrait surgir le redoublement de l'homme sur la technique, règne au contraire le surdéterminisme de celle-ci. Le système-monde refuse de se soumettre à l'Autre et de reconnaître toute forme d'extériorité; invoquant les nécessités processuelles, il fait de l'état d'exception un État d'exception afin d'effectuer une normalisation foucaldienne de surveiller, contrôler et punir. La société civile subsumée, au lieu de la pluralité symbolique (polis) émerge alors la fourmilière, une « auto-organisation » où les parties sont complètement assimilées par le tout. Cette dynamique est manifeste dans le phénomène de musique numérique MP3. Sur le plan de l'hyperindividualisme, le phénomène de musique MP3 se caractérise notamment par une consommation à la carte/sur demande (personnalisation), une gratification immédiate (téléchargement sur-le-champ) et une consommation « identitaire » : l'usage d'un baladeur MP3 comme façon de remplacer/compléter les sons démocratiquement tolérés par une trame sonore auquel l'usage s'identifie. Mais le phénomène de musique MP3 est également à l'image de la société civile : les usages comme innovation/appropriation et une forme spontanée de sociabilité (échange et partage). Face à cette nouveauté, l'industrie du disque a réagi de façon conforme au systémisme totalitaire, l'autre dimension du surdéterminisme actuel de la technique dans le procès d'individuation. Ainsi, au nom de la reconduction de l'échange marchand comme unique façon de faire circuler la musique, c'est bien la société civile elle-même que l'on tente d'intégrer de force dans les rapports processuels du système-monde qui dès lors révèle sa dimension totalitaire : au sommet de la lutte pour déterminer quel code sociotechnique (celui de l'industrie du disque ou celui des usagers des services d'échange P2P) allait être normalisé dans le nouvel environnement numérique, plusieurs dizaines de millions d'individus se sont vus déclarés criminels et plus de 20 000 d'entre eux ont fait l'objet de poursuites judiciaires, et ce, au nom de la « sensibilisation » et de « l'éducation ». ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : technique, société, individuation, musique, MP3, dialectique, idéologie, redoublement épokhal, usages sociaux, technologies de l'information et de la communication, industrie du disque, appareil juridique, criminalisation, hyperindividualisation, système, totalitaire, informatique, pirates, hackers.

Type: Thèse ou essai doctoral accepté ()
Informations complémentaires: La thèse a été numérisée telle que transmise par l'auteur.
Directeur de thèse: Lacroix, Jean-Guy
Mots-clés ou Sujets: Être humain / Histoire / Individualisme / Individuation / Informatique / Informatique et société / MP3 (Format audio) / Nouvelles technologies de l'information / Relations sociales / Société de l'information
Unité d'appartenance: Faculté des sciences humaines > Département de sociologie
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 19 sept. 2017 13:14
Dernière modification: 19 sept. 2017 13:14
Adresse URL : http://archipel.uqam.ca/id/eprint/10012

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...