Langues publiques et publics linguistiques : enquête sur l'effet structurant du régime linguistique néo-brunswickois sur les sciences sociales et la société civile acadiennes

Wade, Matthew (2016). « Langues publiques et publics linguistiques : enquête sur l'effet structurant du régime linguistique néo-brunswickois sur les sciences sociales et la société civile acadiennes » Thèse. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Doctorat en sociologie.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (36MB)

Résumé

La thèse étudie la mise en place des régimes linguistiques canadien et néo-brunswickois à partir des années 1960 et leur effet sur le rapport des minorités de langues officielles à elles-mêmes, à leur action collective et à la production de leurs savoirs. La thèse démontre que le régime linguistique a eu un effet structurant sur les communautés de langues officielles et en particulier sur la communauté acadienne du Nouveau-Brunswick. Le régime délimite les contours d'une communauté d'ayant droit définie par certaines caractéristiques lui donnant accès à certains droits et à certaines politiques la ciblant spécifiquement. La première partie de la thèse trace ces frontières et identifie les indicateurs qui permettent au régime de cibler des actions spécifiquement orientées vers les francophones en situation minoritaires. Ces indicateurs – à savoir le lexique du régime – sont devenus les termes avec lesquels se pensent désormais les communautés. Les sciences sociales francophones suivent effectivement de près l'évolution du régime linguistique en adoptant son vocabulaire. Les liens entre le régime linguistique, l'idéologie nationale francophone et la production des savoirs sont analysés et soumis à une appréciation critique. La seconde partie de cette thèse porte sur les limites ontologiques, épistémologiques et normatives de la conception des communautés francophones mise de l'avant par le régime. En ciblant certaines caractéristiques en vertu duquel le statut d'ayant droit peut être attribué, le régime linguistique agit sur des sphères d'activité limitées. De même, en reprenant à leur compte les concepts du régime, les sciences sociales isolent d'emblée certaines composantes qui deviennent les objets naturels de leurs analyses. Cette forme particulière de nationalisme méthodologique – qui fait de l'ayant droit l'unité naturelle d'analyse – entraine des conséquences normatives. Elle masque notamment l'inscription des communautés francophones dans le territoire et écarte les rapports entre communautés linguistiques. Ce rapport problématique des sciences sociales et du régime linguistique au territoire et à la majorité anglophone se répercute dans l'organisation et l'action de la société civile francophone. La troisième partie de cette thèse présente deux études de cas qui permettent de dépasser le nationalisme méthodologique présenté en seconde partie. La première porte sur une lutte visant à réguler le paysage linguistique dans le Grand Moncton. Cette lutte a cherché à élargir la portée du régime linguistique. Pour ce faire, il a fallu négocier avec la majorité anglophone. Ces négociations mettent en évidence des conceptions divergentes du territoire, de l'État et du rôle de la langue dans la construction d'une identité. Elle met également en évidence certains défis structurels liés à une sphère publique bilingue. Ces défis structurels n'ont pas été adéquatement pris en compte par les chercheurs et remettent en cause le sens du régime linguistique. La seconde lutte porte sur des projets de fusions municipales au Nouveau-Brunswick. La municipalité fait apparaître les limites de la francophonie pensée comme ayant droit. Elle met en évidence des lignes de fractures qui ne sont pas manifestes du point de vue du régime linguistique, mais qui méritent d'être prises en compte. La thèse puise dans la sociologie pragmatique pour offrir une analyse novatrice et critique de la cohabitation linguistique et plus spécifiquement, de l'effet structurant et largement impensé qu'a eu le régime linguistique sur le débat public et la construction d'identités linguistiques au pays. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : francophonie canadienne, Acadie, régime linguistique, politiques publiques, sphère publique, langues officielles, bilinguisme, problèmes public.

Type: Thèse ou essai doctoral accepté ()
Informations complémentaires: La thèse a été numérisée telle que transmise par l'auteur.
Directeur de thèse: Thériault, Joseph Yvon
Mots-clés ou Sujets: Acadie / Acadiens -- Nouveau-Brunswick / Canada francophone / Régimes linguistiques / Nationalisme / Politique publique / Langues officielles / Bilinguisme / Sciences sociales
Unité d'appartenance: Faculté des sciences humaines > Département de sociologie
Déposé par: Service des bibliothèques
Date de dépôt: 09 mars 2017 14:31
Dernière modification: 09 mars 2017 14:31
Adresse URL : http://archipel.uqam.ca/id/eprint/9405

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...