La dramatisation de l'idée de l'Islande dans les médias contemporains

Chartier, Daniel (2016). « La dramatisation de l'idée de l'Islande dans les médias contemporains ». Nordiques, 32(3), pp. 43-60.

Fichier(s) associé(s) à ce document :
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (489kB)

Résumé

S’appuyant sur l’hypothèse qu’un « lieu » se construit par la dynamique entre son existence matérielle et la somme des discours qui portent sur lui, cet article a comme objectif d’étudier l’image de l’Islande dans la presse étrangère de langues française et anglaise dans le contexte de l’« après-crise » de 2008. Il apparaît que l’image de l’Islande se construit, de l’extérieur, entre un discours pérenne qui s’appuie sur sept paradigmes principaux (l’Islande serait ainsi étrange, merveilleuse, lointaine, violente et depuis peu : progressiste, égalitaire et écologiste) et des débats mondiaux où l’Islande agit discursivement, en pure rhétorique, dans des prises de position liées aux intérêts des di érents lectorats des journaux étrangers. Certaines crises médiatiques mettent ponctuellement le fonds discursif positif de l’Islande à l’épreuve. Durant la période analysée (soit entre 2014 et 2016), des débats sur la croissance exponentielle du tourisme, le Brexit, l’Euro 2016, et les « Panama Papers » créent une tension dramatique entre ces enjeux et le fond commun du discours sur l’Islande, qui permet de circonscrire la perception de ce pays à l’étranger.

Type: Article de revue scientifique
Mots-clés ou Sujets: Islande, Médias, Crise économique, Lieu, Étude discursive, Image de l'Islande, Journaux, France, Québec, Canada, Étrangeté, Merveilleux, Égalité, Écologie, Brexit, Euro, Panama Papers, Scandinavie, Pays nordiques
Unité d'appartenance: Faculté des arts > Chaire de recherche sur l’imaginaire du Nord, de l’hiver et de l’Arctique
Déposé par: Daniel Chartier
Date de dépôt: 10 oct. 2017 07:52
Dernière modification: 10 oct. 2017 07:52
Adresse URL : http://archipel.uqam.ca/id/eprint/10518

Statistiques

Voir les statistiques sur cinq ans...